Aux mères

Mères, quand vos enfants vont jouer sous leurs doigts
Leur sabre de fer-blanc ou leur fusil de bois;
Quand ils s’en vont traînant au bout d’une ficelle,
Sur un affût boiteux, un canon qui chancelle;
Lorsqu’ils font manoeuvrer leurs fantassins de plomb,
Puis massacrent gaiement l’innocent bataillon;
Lorsqu’ils se font entre eux des guerres de pygmées,
En simulant l’ardeur farouche des armées; 
Vous riez de leurs jeux… Mères vous avez tort
De rire quand vos fils font un jeu de la mort.
N’évoquez-vous donc point, devant leurs frêles armes,
Celles qui vous feront un jour verser des larmes?
Car ce qui vous amuse alors qu’ils sont enfants
Déchirera vos coeurs lorsqu’ils auront vingt ans.
Ayez donc un peu plus de raison, pauvres mères,
Et ne vous bercez point de fragiles chimères,
Le coeur de vos enfants est tout entre vos mains,
À vous de les guider vers les nobles chemins.
Les avoir enfantés ne doit point vous suffire,
Votre plus belle tâche est de les bien instruire
Mères, berceau sacré de toute humanité,
Semez, semez l’amour et la fraternité!

mars 1916 – Madeleine Vernet

Bannir ou acheter des objets de guerre aux enfants ? Qu’en pensez-vous ?

(Ces jours-ci, je ne pourrai sans doute pas passer sur vos blogs comme je le souhaiterais, désolée !)

Une réflexion au sujet de « Aux mères »

  1. Bannir les pistolets en plastiques, les épées et les bombes à eau ? inutile !!! Quand mes enfants étaient tout petits, je m’étais promis de ne jamais leur acheter ce genre de jouets… ils se les fabriquaient avec des légos. En grandissant, mon fils est devenu passionné de fusils en plastique,ils se baladait tout fier avec deux ou trois armes à la ceinture. Puis ado, il a pris quelques cours de tir et il collectionnait ses cibles et tentait d’améliorer ses scores. Il est devenu un trentenaire pacifique, équilibré et n’a jamais chercher à acquérir une vraie arme. Par contre, il a désacralisé les armes et ça que c’est bon.
    Et puis si un jour nous devons nous retrouver en situation de guère, les sentiments des mères n’auront aucune valeur aux yeux de nos dirigeants. Il n’y a aucune humanité dans la guerre… Bisous Clara et merci pour ce beau poème, même si je le crois impuissant.

  2. Bonjour ma douce Clara,
    Je n’ai jamais acheté ce genre de jouets à Thibaud, je suis contre toute forme de violence.
    Il y a assez de jeux intelligents, pour leur apprendre des choses intéressantes.
    C’est un garçon, il est aussi contre les guerres, c’est déjà triste assez que les guerres existent !
    Bonne journée, bisous.

  3. Tout à fait d’accord avec Madeleine Vernet ! Les armes, à bannir, et ne pas les considérer comme des jouets pour les enfants. Quelle horreur … Nous les avons toujours orientés vers les jeux d’extérieur et surtout le sport !
    Allez, je file faire mes courses, mon voisin « écolo » vient de m’offir 5 kgs d’aubergines. Il ne me reste plus qu’à les cuisiner et les mettre en bocaux. Super pour le camping-car ! Bises.

  4. La violence en général est à proscrire…mais ce qu’ils ne trouvent pas à la maison les petits copains sont là….
    Pour ma part je n’ai qu’une fille et 2 petites filles, il n’y a pas ce genre de jouets à la maison…
    Belle journée Clara

  5. Bonjour Clara,, je suis contre l’achat de ces jouets!! je n’en ai jamais acheté à mon petit fils, déjà qu’il joue à la console avec des jeux qui ne me plaisent pas trop à cause de leur violence! bisous et bonne journée MTH

  6. Il est vrai que lorsqu’il est question de guerre, tout est la faute des mères… 😉
    Ceci dit, je comprends l’auteure. Quand on remet les choses dans le contexte, écrire et alerter sur ces jeux d’enfants pas si innocent que cela, en 1916, cela devait sans doute s’imposer de fait !!
    De toute façon, le poète à toujours raison !
    Ma

  7. Beau texte!

    A ta question je te répondrais par mon expérience de Maman, d’abord mon fils aîné, n’avait pas d’armes, mais il jouait avec un bâton, ou des légos, voir même avec son mécano. Il improvisait des armes avec tout ce qui lui tombait sous la main jusqu’à ce qu’un copain arrive à la maison avec un magnifique fusil en bois qu’il avait fabriqué pour mon fils. Il était tellement fier que je n’ai pu dire un seul mot, mais lorsqu’il a braqué son arme sur nous en disant je te tue……Je lui ai juste dit Rémy tu ne refais jamais ça, sinon ce fusil tu ne l’auras jamais. Cela lui a permis à son tour de le dire à son fils quand il a voulu un pistolet. Et lorsque mon petit fils l’autre jour m’a dit : pan je te tue, son papa a dit: Maman l’histoire se répète et il a ajouté pour son fils. Donne moi ton pistolet, et mon petit fils s’est jeté dans mes bras en me disant mais ce n’est pas vrai Mamie c’était pour rire.
    Je lui ai dit tuer ce n’est jamais pour rire, mais je sais que tu ne comprends pas tout, mais je n’aime pas que tu dises cela. Désormais il dit je tue pas les êtres humains mais je tire sur les oiseaux ou les vers de terre….

    Quand à mon second fils il a hérité tout naturellement des jeux de son frère mais je n’ai jamais eu besoin de lui dire de ne pas tirer sur les gens, je pense qu’il n’aimait pas jouer à la guerre y compris avec ses copains.

    Bien amicalement et gros bisous

    EvaJoe

  8. Ce poème est magnifique…Je suis aussi assez contre ces jouets mais à mon regret c’est aussi dans les playstations et autre films qu’il faudrait étendre cela….Bises

  9. nous avons gardé les enfants de mon frère mes parents et moi, ma mère n’aimait pas les armes et ne voulait pas qu’ils jouent avec des pistolets en plastic, épées et ils n’en ont jamais pris pour venir chez nous à leur maison ils jouaient avec

  10. C’est un beau poème ! Un jour j’ai vu un film slave où une mère venait sur le front voir son fils et faisait la morale aux gradés, pour elle ça s’est mal fini mais elle a osé ! Bonne fin de semaine, bise 😆

  11. Bonjour ma douce Clara,
    Il fait toujours gris et lourd, un drôle de temps !
    C’est déjà vendredi, le temps passe vite.
    Le mois file, nous serons bientôt à la rentrée.
    Passe une agréable journée, bisous.

  12. la réponse est non, bien entendu mais ça ne sert à rien;
    dans notre jeunesse, un simple bout de bois devenait une épée, un fusil pour faire la guerre contre les copains ou les voisins de la rue d’à côté;
    il n’y avait pas la télé, l’imagination rêgnait;
    la guerre a toujours existé et ce n’est pas demain qu’elle disparaitra, c’est la nature humaine au sens large (hommes et animaux), la survie de l’espèce et les doux rêveurs qui parlent de paix et qui ont toujours existé me font rire;
    la guerre change parfois de forme (guerre économique) mais le but est toujours le même.
    Belle journée, Clara;

  13. Bonjour Clara,

    Ce texte est si puissant. Je l’ai lu deux fois pour mieux ressentir Ce qui déchire le coeur de Marlène Vernet. Elle transmet un beau message car il est vrai que ces soldats de bois offerts aux enfants nourrissent la guerre. Il est devenu plus facile de tuer et de manipuler que de raisonner et d’enseigner la paix, la sagesse. Tous ces jeux qui représentent la guerre et les scènes d’horreur, les enfants avec un coeur pur sont loin d’imaginer ce que ces combats peuvent engendrer. Gros bisous Clara et douce journée. Pluie en Bretagne. Corinne.

  14. 🙁 bien sur je suis contre… mais ce qu’ils ne trouvent pas chez eux ils vont le chercher chez les copains, et puis ces jeux débiles de guerre ou géguerre ou le mort se relève n’incite pas les jeunes garçons à réfléchir… je ne sais pas si les mères sont responsables, mon fils n’a jamais eu de jeux de guerre mais les films ,?? nous ne somems pas toujours derrière eux et dans les centres aerés ?? je comprends cette dame surtout à son époque mais de toute façon regarde en ce moment toutes les guerres qu’il y a.. ce n’est pas dû qu’aux jeux
    je t’embrasse Clara tu as bien fait de mettre ce texte qui éclaire les conscience
    belle journée
    joelle

  15. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…ce poème est saisissant, émouvant…mais tu crois qu’empêcher les enfants de jouer au soldat changerait les choses ? Je ne crois pas…c’est comme jouer au voleur et au gendarme, ça ne leur inculque pas le bien et le mal…
    ¨Pour la photo de Nessi, promis si je l’aperçois je lui demande un autographe…tu vois, toi tu auras mieux que les autres…ton cliché sera empreintée…
    Je te souhaite une bonne journée Clara…avec plein de soleil et de bons moments…pas grave si tu ne passes pas, profite à fond des bons moments, c’est l’essentiel

  16. Bonjour Clara
    je n’en ai jamais acheté à mon fils . Il préférait, petit, jouer avec les casseroles plutôt qu’à la guerre , mais je ne suis pas naïve , il a bien dû jouer à se battre ou à imaginer de le faire via n’importe quelles babioles . Tous les enfants jouent ainsi et les mères n’y pourront rien …
    1916 était une année terrible. En mars , la guerre approchait et se faisant sentir . Les journaux , les conversations des adultes et les textes lus dans les écoles , tout avait déjà l’odeur de la guerre et cette dame vivait déjà avec la crainte de perdre des enfants !
    C’est un bien beau poème qui n’a pas pris de rides !
    Bonne journée

  17. J’ai lu et écrit 1916 en ayant 1914 en tête ! Oh oui , en 1916 , l’odeur de guerre était présente …et partout !
    Désolée pour cette erreur de lecture et de raisonnement ! La date (sans erreur ) rend encore plus beau ce poème . Merci de nous l’avoir fait découvrir

  18. Les enfants jouent a la guerre avec n importe quoi mais ils savent que c est pour rire..tu sais en premier lieu faut leur interdire la télé, puis les jeux videos, les dessins animés et même le roi lion est un dessin animé avec la guerre des animaux.. la gué guerre est partout même au sein des foyers..alors il faut les laisser jouer..car ils jouent …bisousss

  19. Bonjour Florence,

    Etant enfant j(ai beaucoup joué comme tous, avec des revolvers que nous nous fabriquions nous même. Mais nos héros étaient toujours du bon coté (genre Zoro). Maintenant les temps ont changé et on assiste à beaucoup trop de violences de toutes sortes. Je serais plutôt contre l’achat de ces jouets pour les enfants.
    Bises bien amicales.

    Henri.

  20. Ca ne change pas grand chose, qu on achète ou non ces jouets, la violence est partout aux actualités, sur le net à la tv etc… Je sais que personnellement je n en achèterai pas .
    Bonne soirée Latil

  21. bannir les objets de guerre !! cela me semble une evidence !!!

    mes soucis actuels : le boulot …..et une amie qui a peut-etre -en attente de confirmation- une grosse merde de santé …et qui est contagieuse ….

  22. Bonsoir Clara,
    Aussi loin que l’on remonte dans le temps, l’homme a éduqué son enfant mâle de façon martiale…sur le principe « si j’ai un enfant, je voudrais que ce soit un garçon…pour lui apprendre des jeux virils, lui apprendre à se défendre…qu’il soit fort…puis c’est le premier sapin de noël avec la panoplie de cowboy et le pistolet plastique à barillet…ce sont les soldats de plomb pour jouer à la guéguerre, remporter des batailles, anéantir l’ennemi….. » puis, c’est le ballon ou la balle de base-ball pour jouer avec son père, les remontrances…c’est pas comme ça qu’on joue, frappe ou tape plus fort…..vois-tu celui d’en face ? c’est ton adversaire alors frappe…et tu feras plaisir à ton père…
    Utopie que cette enfance perdue à faire plaisir à son géniteur au lieu de soi-même…s’amuser pour le plaisir….d’être un enfant tout simplement.
    Lorsqu’on est plus grand, c’est le temps du service militaire. On te donne une arme, on t’apprend à te défendre…c’est-à-dire…à tuer ton ennemi, cette forme humaine de papier sur des chevalets de bois…visez au coeur, à la tête nous dit-on…c’est là qu’il faut tirer !
    Combien de garçons ont vécu ça ? tous je pense…
    Depuis les grecs avec les spartiates où les enfants étaient éduqués très jeunes pour la guerre, où ils devaient prouver qu’à huit ans, ils étaient capables de tuer ou plus près de nous, en guise d’exemple, au Texas, on achète un pistolet ou une carabine à son gamin de 10 ans et même plus tôt….quoi de logique dans tout ça ? comment comprendre après cela que le mot PAIX aie une signification et que la fraternité passe d’abord par la survie de soi et non par le respect mutuel de la vie.
    Sur ce, je te souhaite un bon dimanche, Clara
    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.