Faits divers en 1914

Logo 1914

Publié sur « lefigaro.fr »

«La Main noire»

main noire

TRIBUNAL CORRECTIONNEL (8e Chambre)

Article paru dans le Figaro du 20 janvier 1914.

Nulle affaire plus que celle jugée le 19 janvier 1914 par la 8e Chambre ne montre ce que peut être l’influence des mauvaises lectures ou des mauvais spectacles. C’est devenu aujourd’hui une banalité que d’indiquer les effets désastreux sur les imaginations d’enfants de toute cette littérature policière qui nous envahit, de tous ces romans ou fascicules, brochures, plaquettes dans lesquels le détective ne triomphe pas toujours. Allez un lundi à la 8e Chambre où l’on ne juge ce jour-là que des enfants, et vous étudierez sur le vif cette maladie littératuro-policière, si l’on peut dire, et qui devient une des formes de la criminalité.

Ils étaient trois petits jeunes gens, très bien élevés et très sages, des enfants presque, qui sortaient ensemble le dimanche chaque semaine, ils allaient au cinématographe où ils pouvaient contempler en même temps l’histoire héroïque et sentimentale de la jeune fille américaine qui défend son vieux père à coups de carabine contre les Peaux-Rouges, et les exploits criminels de la Camorra. Quand on est petit on rêve d’être le héros dont on a lu les hauts faits dans les beaux livres dorés sur tranche. On joue «à ce qu’on a lu». Jadis on était Robinson Crusoé dans son île, ou Robert-Robert sur sa frégate. De nos jours on est Bonnot ou Garnier. Le mal a gagné même les enfants des familles les plus bourgeoises, comme ceux aperçus hier en correctionnelle.

Fournier a seize ans; son père, officier retraité, jeune encore, lui avait fait faire de solides études au lycée, puis il devint employé de banque, gagnant quatre-vingts francs par mois. Jamais un reproche du patron, jamais un reproche du père; le dimanche, il sortait avec un ami, le jeune Edwards, seize ans aussi fils d’un riche banquier américain, habitant avenue de Villiers. À eux, parfois se joignait Cavaillot, employé dans une maison américaine d’articles de sport, jeune homme gagnant deux cents francs par mois qu’il apportait fidèlement au logis paternel. Et un beau jour, sans doute en sortant du cinéma, les trois jeunes gens achetèrent une carte pneumatique et écrivirent à une dame Delval qui habitait avenue Kléber, le petit billet suivant:

Madame, veuillez vous trouver ce soir lundi, sous l’Arc de triomphe, à dix heures précises, avec 30.000 francs, si possible en or; sinon nous serons forcés de nous en prendre à la vie de votre enfant, qui sera tué avant huit jours. Inutile de prévenir, car vous avez affaire à une bande organisée, qui ne craint personne. Ayez à la main un bouquet de violettes.

La Main noire.

Cette lettre ne semble-t-elle pas copiée dans une publication d’histoires policières? M. Delval remit la lettre au commissaire. On essaya d’arrêter sous l’Arc de triomphe les jeunes gens, sans y réussir, et le lendemain Mme Delval recevait ce petit mot:

Nous vous avons prévenue. Si vous ne venez pas au Métro de la station Malesherbes à six heures, nous ferons ce que nous avons dit, et commencerons notre travail. Le comité de la Main noire s’est réuni aujourd’hui à deux heures.

Pour la Main noire:

Un affilié,

H. 5. Ew. J. K.

Après plusieurs tentatives infructueuses, la police parvint à arrêter les trois jeunes gens qui avaient encore envoyé plusieurs lettres de ce genre où des ossements entre-croisés suivaient la signature laMain noire.

-C’était une simple blague, dit avec un accent américain prononcé le jeune Edwards. Faire peur, terrifier, jouer un instant à être la Main noire, cette puissante et mystérieuse association, s’amuser à semer l’épouvante, c’est là un jeu bien moderne, et on ne peut vraiment croire que ces enfants, qui d’ailleurs n’avaient dans leurs familles nullement besoin d’argent, eussent réellement voulu soutirer 30 000 francs, et en or, à Mme Delval.

-Qu’auriez-vous fait de l’argent? Leur demande M. le président Flory.

-Oh! Nous n’en avons pas parlé, répond Fournier.

-Car nous ne pouvions pas croire que Mme Delval l’apporterait, ajoute Edwards. C’était une mauvaise plaisanterie.

Certes, de très mauvais goût, et qui étonne venant de ces jeunes gens bien élevés, à l’air très doux; mais pourtant de leur part, on ne peut guère croire à autre chose. L’affaire à l’audience prend de vastes proportions: long interrogatoire des témoins, vigoureux réquisitoire, foudres du ministère public qui trouve un tel délit terriblement grave. On se croirait presque aux Assises. On va créer prochainement un tribunal pour enfants; l’idée est excellente, mais il est à craindre que bientôt chaque procès de ces petits êtres ne prenne une importance inattendue. La criminalité infantile s’accroit certes, mais prenons garde, à notre tour, de ne pas grossir chaque cas en le mettant, à titre d’exemple, par trop en valeur.

Le Tribunal, estimant que ces jeunes gens avaient agi avec discernement, les a sévèrement condamnés, Edwards à un an de prison avec sursis, Fournier et Cavaillot à six mois avec sursis.

Par Georges Claretie

Je trouve le début de l’article amusant, car en réalité, rien n’a vraiment changé sauf qu’on trouve

à présent que c’est sur Internet que nos enfants prennent de mauvais exemples !

Une réflexion au sujet de « Faits divers en 1914 »

  1. Si déjà à cette époque, les enfants étaient « conditionnés » par ce genre de lecture et spectacles, on ne doit guère s’étonner – en effet – de l’impact qu’a sur les jeunes tout ce que le net et les médias leur renvoient !

    Triste affaire… Même s’ils ne croyaient pas que leur menace serait suivie d’effets !

    Bisous amicaux, Clara.
    Cathy.

  2. il y a tjs eu des plaisanteries de mauvais goût et il y en aura de plus en plus surtout que maintenant avec internet, la télé, on montre avec les films comment faire

  3. des plaisanteries de mauvais goût
    les jeunes ne réfléchissent pas aux conséquences
    le harcèlement est sévèrement puni
    ils ont mérité cette belle condamnation

    c’est pire aujourd’hui …
    gros bisous et douce soirée

  4. bonsoir Clara
    qui est dangereux ce sont ces jeux ces séries à la télé et bien sur le net et cela leur donne des idées fous et la preuve ces gamins de 10et 11 ans qui sont mit le feu dans un immeuble pour rire et bien voilà ils y à eux des morts exctttttttt que font ils les Parents ??? et oui ils travaillent rentrent tard et pas le tant de s’occuper la plus part du tant mais que veux tu nous vivons dans une société malsaine mais méfions nous des enfants calmes et surtout faire aussi attention a des tribunal es merci de cette lecture qui malheureusement nous allons sans doute entendre parler je te souhaite une excellente fin d après Midi bisous Danielle

  5. C’est vrai que rien n’a vraiment changé, à part les supports qui sont censés dévoyer nos enfants ! Finalement, cela a un côté rassurant ! (si j’ose dire !).
    J’ai bien ri aussi : le journaliste s’est rendu compte à la fin qu’il ne fallait pas exagérer quand même !…
    Sympa ce texte !
    Bises
    Elisabeth

  6. salut
    Non seulement certaines lectures sont mauvaises mais maintenant avec internet et les jeux de guerriers les enfants sont perdus
    bonne journée

  7. chere Clara , je reclame toujours contre trop de violence qui devient banalisée, alors j’essaie de sortir mês enfants et de les mettre le moins possible devant ces spectacles de violence gratuite
    alors que les humains sont capables de faire de belles choses et d’avoir de beaux sentiments
    bonne nuit pour toi, doux rêves
    Angie

  8. Enfants, on se laisse attiré par tout ce qui dénote… et ce sera toujours ainsi….
    Ce matin ce n’est pas facile de surfer sur les blogs avec une connexion aussi mauvaise..mais je n’ai pas le choix , il me faut attende la fibre optique.
    Bon et doux weekend CLARA
    Bisous
    timilo

  9. Bonjour chère Clara, je pense que les enfants ont besoin de s’exprimer que se soit en ressemblant à des anges ou bien en étant de vrais petits démons…!
    Je te souhaite une belle journée gros bisous

  10. Bonjour am douce Clara,
    En te lisant, je pensais à la même conclusion que toi, rien ne change, mais c’était pour rire, maintenant, je n’en suis pas aussi sûr !
    Des gamins qui font des blagues, cela existe depuis toujours un peu morbide !
    Passe une belle journée, bisous.

  11. bonjour chere Clara, rien n’a vraiment changé, comme tu le dis si bien, ce genre de mauvaise plaisanterie, qui peut tres mal tourner, avec internet
    et notamment Facebook, peut prendre des proportions dramatiques, pour y remedier, nous n’avons que l’éducation, qui helas, elle aussi est bien souvent
    négligée… bonne fin de semaine, chere amie, bisous

  12. En 1914, j’aurais fini en correctionnelle avec mes petits polars ésotériques. Heureusement que les temps changent et comme disait je ne sais plus qui « O tempora, o mores » Autres temps, autres mœurs…

  13. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…J’ai lu avec beaucoup beaucoup de plaisir cette histoire. Je pense qu’ils avaient envie d’aventure, de suspens…comme dans les films, les histoires de grands bandits, pour s’amuser…Je pense que la guerre de 14-18 les aura moins fait rire…ils ont vite l’âge d’être mobilisés, de partir au front…surement…Je n’ai pas le temps de regarder sur internet, mais j’avoue que tu as piqué ma curiosité. Je mets ça dans un coin de ma tête et à mon retour d’Allemagne, j’irai essayer de trouver ma réponse : sont-ils partis au front ou pas…En tous les cas, d’une blague pas très drôle ils ont du bien rigoler je pense..je les imagine flirtant avec le danger, la police…échappant à leurs poursuivants…bon, c’est vrai que ça n’est pas vraiment drôle mais il n’y a pas mort d’homme…heureusement.
    Bravo pour cet article, ça m’a vraiment passionné…à très bientôt Clara, je reviens fin de semaine prochaine (et j’ai aussi fait mon article..Nénette et Rintintin)

  14. Florence – Testé pour vous
    Re bonjour Clara..Je pars jusqu’à vendredi prochain…Je serai surement de retour dans ma maison samedi prochain…j’ai commencé à regarder sur internet s’il y avait des articles sur les 3 de la main noire, mais je n’ai pas encore trouvé (si, j’ai trouvé un Monseigneur Caillot, mais je ne pense pas que ça soit le même)…je reprendrai mes recherches à mon retour…à moins que toi, de ton côté, tu aies des info…Allez, je file, je te souhaite une très bonne semaine, à très bientôt

  15. coucou Clara
    les jeunes ont toujours eu des envies de sortir de leur ordinaire, la preuve.. mais c’était moins méchant que maintenant ou des gamins de 12/13 ans braquent déjà et arrachent les sacs et les colliers des personnes âgées, tout a évolué en mal
    les consoles de jeux ou l’on s’amuse à tuer et ou le mort se relève etc… si le jeune n’a pas plus de jugeotte qu’un poisson il va le faire dans la vraie vie.. et les parents pour la plupart a démissionné
    la main noire : je ne connaissais pas merci pour cet article
    je t’embrasse bonne fin de journée
    joelle 😉

  16. Bonjour Clara!
    Comment vas-tu? J’ai visité avec toi Lisbonne avec beaucoup de plaisir! Quelle belle ville et de beaux endroits que tu as eu de la chance de voir. Merci pour ce partage!
    Bises amicales Passe un très bon weekend

  17. Ton texte m’ a fait sourire – on se dit qu’en 1914 il y aurait peut-être eu des sujets d’inquiétudes plus grands que l’influence de « toute cette littérature policière qui nous envahit » 😮

  18. Curieux fait divers en effet, mais qui n étonne plus personne aujourdhui. Heureusement qu ils n ont pas mis leur projets à exécution et qu ils ont été arrêtés à temps. J espére aussi qu un séjour au front les aura fait réfléchir.
    Bonne soirée Clara
    Latil

  19. les enfants subissent directement les effets de lecture ou visonage pas étonnant dès lors alors puisque on les mets de plus en plus jeune a regarder n’importe quoi (ou jouer) de voir des jeune d’à peine 13-15 ans (parfois moins) commettre des actes d’une cruauté terrifiante, sans même sourciller d’un poil!
    les parents, pour une belle majorité, ont démissionné de leur devoir qui est d’éduquer les enfants et non pas comme ils croient que c’est à l’école de le faire, bisesssss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.