Henri BARBUSSE

Logo 1914

Me revoilà parmi vous mes amis blogueurs et blogueuses, de retour de Normandie.

Merci à tous pour vos commentaires et messages pendant mon absence.

Je passerai vous lire dés que possible.

Aujourd’hui pour ma communauté « il y a cent ans », que je vous invite à aller voir ICI

 (merci aux participants),

je voudrais vous parler d’un grand nom que portent beaucoup de rues, d’avenues, de collèges et

autres établissements dans notre pays et pourtant assez méconnu :

BARBUSSE

BARBUSSE HENRI(1873-1935)

Journaliste dès l’âge de seize ans, Henri Barbusse fut d’abord influencé par le Parnasse et par le symbolisme. Ses premiers poèmes, réunis en recueil en 1894 sous le titre Le Mystère d’Adam, furent salués par Mallarmé et par Barrès. Puis cet ami de Heredia évolue vers le naturalisme, et son roman L’Enfer (1908) est une fresque sociale à la manière de Zola. La guerre vient accentuer son engagement : dès qu’elle est déclarée, ce pacifiste convaincu s’engage en première ligne, et c’est sur un lit d’hôpital qu’il écrira Le Feu (1916). Il s’agit donc du livre de guerre d’un combattant, et son sous-titre, Journal d’une escouade, indique que Barbusse souhaite donner à son témoignage la dimension collective de l’épopée. Les scènes quotidiennes des tranchées, la pluie, la faim, l’absurdité des combats et des morts sont décrits avec un réalisme dépouillé qui conquiert l’émotion. Barbusse s’intéresse uniquement aux combattants de base, cette énorme masse ignorante et méprisée par ses chefs : les soldats ne savent rien, ni ce qui les attend au combat ni même pourquoi ils combattent, pour la défense de quels intérêts. Barbusse ne mêle aucune grandiloquence à sa condamnation de la guerre, à son exaltation de la fraternité entre les hommes ; si dans ces combats se forge un idéal, ce n’est pas un idéal humaniste mais un idéal révolutionnaire qui le conduit au communisme. Chez beaucoup des combattants de la guerre resta l’espoir qu’elle serait la dernière, mais peu firent suivre cette prise de conscience d’un engagement politique et du procès de la société qui avait conduit au combat. Barbusse adhère en 1923 au Parti communiste français. Ses deux romans, Clartés (1919) et La Lueur de l’aube (1921), sont empreints de conviction révolutionnaire. En 1935, Barbusse meurt à Moscou au cours d’un voyage. Antoine COMPAGNON

Le Feu (journal d’une escouade) de Henri Barbusse

 » Ce ne sont pas des soldats, ce sont des hommes. Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine – bouchers ou bétail. Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu’on reconnaît dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. Ils sont prêts. Ils attendent le signal de la mort et du meurtre ; mais on voit, en contemplant leurs figures entre les rayons verticaux des baïonnettes, que ce sont simplement des hommes.

Chacun sait qu’il va apporter sa tête, sa poitrine, son ventre, son corps tout entier, tout nu, aux fusils braqués d’avance, aux obus, aux grenades accumulées et prêtes, et surtout à la méthodique et presque infaillible mitrailleuse – à tout ce qui attend et se tait effroyablement là-bas – avant de trouver les autres soldats qu’il faudra tuer. Ils ne sont pas insouciants de leur vie comme des bandits, aveuglés de colère comme des sauvages. Malgré la propagande dont on les travaille, ils ne sont pas excités. Ils sont au-dessus de tout emportement instinctif. Ils ne sont pas ivres, ni matériellement ni moralement. C’est en pleine conscience, comme en pleine forme et en pleine santé, qu’ils se massent là, pour se jeter une fois de plus dans cet espèce de rôle de fou imposé à tout homme par la folie du genre humain. »

40 réflexions au sujet de « Henri BARBUSSE »

  1. Coucou Clara, contente de ton retour ! C’était bien la Normandie ????
    Bon, je dois avouer que je n’ai lu aucun livre de Barbusse. Et je n’aime guère les livres où il est question du début jusqu’à la fin, de faits de guerre. Bon, c’est ainsi, et pourtant, je le sais, il faut que les populations soient informées !
    Allez, bisous et bonne semaine !

  2. bonjour chere Clara, heureux de te retrouver, j’espère que tu as passé de bonnes vacances en Normandie, ah Henri Barbusse, je connais bien, j’ai lu evidemment « le Feu », le journal d’un combattant, qui a souffert dans les tranchées, j’ai beaucoup d’admiration pour cet écrivain qui m’a fait découvrir les souffrances qu’avait enduré mon père durant cette guerre, souffrances dont il ne parlait pas ! se bornant uniquement aux anecdotes… hommage à Henri Barbusse, merci, et bonne semaine à toi, je suis rentré depuis plus longtemps, mais je suis encore en voyage dans ma tête !! grosses bises
    René

  3. Je dois avouer que je ne connaissais Barbusse que grâce aux noms de quelques rues. C’est émouvant cette vie et le témoignage qu’il a laissé est sans aucun doute des plus riches de sens. Dénoncer l’absurdité de la guerre surtout lorsqu’on l’a vécue devrait faire réfléchir… encore de nos jours.
    Bises.
    Elisabeth

  4. Bonjour Clara, bien contente de te revoir sur les blogs, alors ces vacances en Normandie, c’était comment? J’ai appris des choses grâce à toi, sur Henri Barbusse dont je me souvenais du nom sur le fronton d’un collège où d’un lycée. Bisous MTH

  5. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara, ravie de te voir de retour…Lorsque j’étais gamine, j’habitais rue Henri Barbusse…ma mère nous avait expliqué qui était cet homme. Donc oui, oui, je connais Henri Barbusse (de nom bien sûr)…tu savais que la rumeur racontait qu’il avait été empoissonné par Stalline ?
    Je crois que tu as fait un beau voyage…émouvant, très émouvant je pense car on va là-bas pour voir, pour ressentir, pour revivre…on découvre, on se sent envahie par des émotions, des souffrances…c’est un voyage à faire, au moins une fois…Es-tu déjà allée à Oradour sur Glane ? J’y suis allée lorsque j’avais 13 ou 14 ans…je ne te raconte pas l’émotion…
    Allez, je file…A très bientôt Clara…Je fais le tour de la communauté dans la journée

  6. Bonjour ma douce Clara,
    Me voilà, ce matin panne de réveil, je commençais bien la semaine !
    Je ne connais pas ce monsieur, mais je suis émue par ce qu’il a écrit, c’est tout à fait cela.
    J’ai aimé le dernier chapitre, il exprime bien ce que c’est un soldat.
    Des pauvres gens qui devaient aller au casse-pipe pour quoi en définitive !
    Ces guerres ne servent à rien, qu’aux vendeurs d’armes.
    Je suis contente de ton retour, j’ai hâte de voir tes clichés.
    Passe une belle et douce semaine, bisous tout doux.

  7. bonjour chère amies des Pyrénées, te voilà de retour de vacances bienvenue sur nos blogs, concernant Henri Barbusse je connaissais de nom car quelques rues et stations de métro portent son nom mais je ne savais pas qui était ce grand homme une lagune que tu viens de combler merci…!
    Bonne journée gros bisous

  8. bonjour, 😳 j’ai honte, je ne suis même pas passée… j’ai zappé que tu avais programmé des articles 😥 ma rue porte le nom de cet homme !! merci pour ces précisions sur lui car souvent on ne connaît que de nom bonne journée bisous

  9. coucou clara
    j’espère que tu as passé de bonnes vacances?

    tu vois je connais de nom Henri Barbusse mais pas sa vie, une lacune comblée ..grâce à toi

    merci et bonne journée 😆

  10. Bonjour , je suis bien contente de te retrouver , de lire tes textes . Je ne connaissais pas Barbusse mais le livre me dit quelque chose , j’ai déjà dû en lire d’autres extrais . Celui -ci est très touchant . »Ce ne sont pas des soldats , ce sont des hommes « , c’ était bien oublié par les généraux et les gouvernants , dans tous les pays !
    Bonne journée . Bisous

  11. Zut et Zut , je me fais toujours avoir avec les coms !!
    Tu as du passer de bons moments en Normandie .
    tu arrives et moi je repars , je vais profiter encore de ce beau temps .
    L’arrière saison j’aime beaucoup .
    A bientôt de se relire
    Amitié

  12. Coucou Douce Grand-Mère Comblée !!! Sourire
    Alors certes, je ne savais pas tout ça sur Henri… mais je peux te donner encore une p’tite info… figure-toi… que… je suis… allée… au primaire… à l’école… Henri Barbusse !!! Éclat de rire
    Comment ça ce n’est pas une information « historique »??? Rire en cascade
    Je te souhaite un bon retour parmi Nous ainsi qu’une excellente après-midi et une très douce semaine !!! Immense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux
    ***Tincky***

  13. « La lueur de l’aube, je pense avoir vu ce livre dans la bibliothèque de mon père.. Mais je n’ai rien lu d’Henri Barbusse.. Il va falloir que je m’y mette !
    « Les hommes sont fous et pour l’éternité « , voilà ce que je pense de tous ces guerriers.
    Alors, tu es contente de ton séjour dans ma Normandie ? Es-tu allée au mémorial de Caen, et à Caen, peut-être ?
    Bises Clara et merci pour ton commentaire.
    Je t’embrasse
    Justine

  14. Bonjour Clara,

    Tu m’as permis de découvrir une autre facette de ce personnage dont on ne connaît souvent que le nom. L’Histoire l’a un peu « délaissé » alors qu’il a écrit tant de vérités sur cette guerre. Ce que tu offres en fin d’article en témoigne. Ses propos sont sans pitié et le « tableau » qu’il dépeint est on ne peut plus proche de la réalité et de l’amer sentiment que ces années de combat ont laissé dans l’esprit de beaucoup !

    Merci et ravie de te retrouver sur tes pages.
    Bisous amicaux,
    Cathy.

  15. Bonsoir Clara
    super revenue je demeure en Haute de la Normandie dans l Eure du coter de Vernon je ne connais que de nom et merci de ces détails et oui la Guerre n est qu’ une souffrance je te dirais que dans le temps j aimais lire et cela me permettait aussi de faire moins de fautes de grammaire mais ensuite j ai arrêter et fait autre chose alors voilà je te souhaite une excellente soirée bisous Danielle

  16. Bonjour Clara, contente de ton retour. J’ai lu « Feu » de Barbusse, on me l’avait conseillé à la bibliothèque et je n’ai pas regretté. Tu es de quel coin de Normandie ? J’y suis restée 4 ans dans ma jeunesse. Bon mardi, bisous :mrgreen:

  17. Quel texte !
    Je n’en ai pas lu beaucoup de tels textes parlant de la guerre avec autant d’humanité !!!!

    BARBUSSE, un pacifiste engagé en quelque sorte …Beau, très BEAU !!!

    Encore un partage qui ne laisse pas indifférent (comme tu en as le divin secret !), t’embrasse : sabine.

  18. Bonjour Clara,

    J’espère que tu as passé d’agréables moments en Normandie. Ce poète pacifique a écrit un recueil intitulé « Pleureuses » qui regroupe une multitude de poèmes évoquant la solitude que l’on voit. Il fait beau chez nous. Je t’embrasse bien fort Clara. Corinne.

  19. je relis l’extrait que tu as publié, une pure merveille, j’ose espérer, qu’on enseigne ces textes dans les écoles ? bonne journée chere Clara,
    tu me semble un peu pessimiste, c’est vrai qu’il faut l’avoir le moral
    en ce moment, pour être optimiste !! bonne journee et grosses bises

  20. Bonjour
    Je suis heureuse de te retrouver!
    Merci pour cet article intéressant! Je ne connaissais pas du tout cet homme!
    Je ne passe qu’aujourd’hui parce qu’hier j’avais des choses à faire et en plus je ne me sentais pas très bien
    Belle journée
    Bisous

  21. Bonsoir ma gentille Clara

    J’ai échappé à ce gros orage par chez moi, hier en fin d’après
    midi ouf. Grêle et tempête. Il faisait tellement lourd. La planète
    se révolte lol !
    Toi ça va ? Pas de gros orages ou de tornade ?
    Pour nous réconforter un peu je t’apporte des madeleines au beurre.

    Je suis contente d’avoir de tes nouvelles et aussi de passer dans
    ton bel univers. J’aime tes articles.
    J’espère que tu vas passer une bonne soirée et que ta nuit sera
    réparatrice.

    « Note perso à Edelweiss :
    Alors comme ça tu as visité Grenoble, petite fleur des montagnes ?
    J’espère que ça t’a bien plu.
    Tu as dû avoir bien chaud…
    Non pas de café le soir, tu as raison. J’attendrai un éventuel
    petit déjeuner quand tu auras le temps. hihi ! »

    Allez je file et je te prie de prendre soin.

    Lolli

  22. la Normandie est une très belle région , dommage que le temps ne soit pas toujours de la partie , mais cette année , on a été gaté …bonne soirée Clara65 😯

  23. bonsoir chere Clara, j’ai aimé cette expression du petit texte:
    « cet espèce de rôle de fou imposé à tout homme par la folie du genre humain » ça en dit beaucoup sur l’absurdité de la guerre qui aurait du être rayé de la terre comme on fait pour les épidémies.
    j’espère que tu as passé de bonnes vacances en Normandie
    je vais lire le lien de ton texte
    a bientôt, gros bisous
    Angie

  24. Coucou Clara!!!
    Alors te voici revenue, bien heureuse de te retrouver 😉
    J’espère que tu as passé du bon temps en Normandie et il semble que la semaine était bonne côté météo 😛
    http://scontent-a-lhr.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-9/10616138_10152660878684444_1149553342534738166_n.jpg?oh=20557ece1b9d0b6fda90015bb46070ba&oe=54A20D5C
    J’en apprends chaque fois sur ta communauté, je n’avais jamais entendu parlé de ce monsieur avant aujourd’hui 😉
    Je ne suis pas très assidue en ce moment pour ta communauté, heureusement nous avons quatre ans devant nous lol!!! Quatre ans c’est long, surtout pour ceux qui ont vécu cette terrible guerre. j’ai entendu l’autre jour à la télé que sur un front il y avait eu plus de 100.000 morts en une semaine, c’est terrible!!!
    Je te souhaite une bonne rentrée Clara.
    Bisous
    Domi.

  25. Bonsoir ma douce Clara

    Me voici pour te dire que je te remercie pour
    ton passage au cœur de Lolli.
    J’espère que tu vas bien en ce jeudi bien entamé.
    Il fait encore beau et l’automne va avoir du mal
    à prendre sa place, dans une dizaine de jour.
    Pas grave et on en profite.

    « Note perso à Arlette :
    Je suis contente que l’automne qui sévit déjà
    dans les arbres te plaise. Tu as raison de réchauffer
    ton petit cœur avec ces couleurs chaudes.
    Reste zen tu as raison, c’est excellent pour l’organisme.
    Bon séjour si tu n’es pas encore de retour chez toi. »
    ———————————————-

    Allez je file et je te souhaite une douce soirée.
    Prends soin de toi.

    Lolli

  26. Un auteur que je ne connaissais pas, j en prend bonne note, je vais certainement trouver un de ces livres dans une brocante. J éprouve aussi beaucoup de peine en lisant des récits de guerre, étant enfant j ai été en contact avec eux, mais j étais jeune je ne m imaginais pas toute l horreur du conflit. Bonne soirée Clara
    Latil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.