La maison des babayagas

babayaga

Le nom « baba yaga » vient d’un conte ou d’une légende slave dont vous pourrez lire l’histoire ICI

Ce nom a été donné à une maison de retraite pour femmes, autogérée, citoyenne, solidaire et écologique.

Ce projet a été mené et a vu le jour grâce à une femme exceptionnelle, militante féministe, qui vient de décéder,

il s’agit de THERESE CLERC

[youtube]https://youtu.be/8_fh1lpU7Io[/youtube]

Thérèse Clerc est issue de la petite bourgeoisie parisienne. Elle apprend le métier de modiste en chapellerie, et se marie à 20 ans et demi avec un petit entrepreneur en nettoyage industriel. Elle est la mère de quatre enfants. Catholique, elle vend l’hebdomadaire Témoignage chrétien et fréquente les milieux d’action catholique animés par des prêtres ouvriers. Elle divorce en 1969.

Au lendemain de Mai 68, Thérèse Clerc milite activement au Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC). Surnommée « Thérèse de Montreuil », elle pratique des interruptions de grossesse clandestines sur la table de son salon à Montreuil,. Elle milite aussi au Mouvement de la paix ou encore au Parti socialiste unifié (PSU).

Thérèse Clerc fonde la « Maison des femmes » ouverte aux femmes de tous âges, victimes de violence, en insertion ou réinsertion (2000) et la « Maison des Babayagas », une résidence autogérée pour femmes âgées (2013) à Montreuil. Elle a également créé l’« Université des savoirs sur la vieillesse » (Unisavie).

Thérèse Clerc apparaît dans le film documentaire de Sébastien Lifshitz, Les Invisibles, sorti en 2012.

Atteinte d’un cancer, Thérèse Clerc « s’éteint paisiblement chez elle » le 16 février 2016. (Wikipédia)

36 réflexions au sujet de « La maison des babayagas »

  1. L’oeuvre de Thérèse Clerc mérite bien d’être citée en exemple dans ton blog…
    Chapeau bas à toutes ces personnes qui se dévouent pour une noble cause comme elle…
    Douce journée CLARA
    Bisous
    timilo

  2. Merci pour cet hommage à Thérèse Clerc,une grande femme qui défendait la cause des femmes, elle va nous manquer !

    Très bonne idée cette maison de retraite pour femmes !

    MERCI pour ce beau partage Clara.

    🙂 BISES et bonne journée

  3. Bizarre, ce nom … 🙄 On pense à gaga. 😉
    Encore une dame qui mérite qu’on la reconnaisse.
    Bon jeudi, dans la froiditude … (Ben oui, j’étais à Poitiers, hier …)
    M’en vais gambader avec mes nouvelles chouses !
    Bisoux, clara

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥ dom ♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

  4. Bonjour chère Clara,
    Une grande dame que je ne connaissais pas.
    Il y a de nombreuses dames courageuses, heureusement !
    Bravo, elle a passé sa vie pour le bien des autres, elle mérite une médaille.
    Bonne journée, bisous.

  5. bonjour chere Clara, je suis heureux de lire le tres bel hommage que tu rends à Thérèse Clerc, qui vient de décéder, admirable sa vie aux service des autres et en particulier des femmes, pratiquer des avortements clandestins, n’était pas vraiment une activité tres bien admise à une époque encore pas tres lointaine … la fondation d’une maison d’accueil pour femmes maltraitées et une maison de retraite pour femmes agées, la fameuse « Maison des Babayagas » sont à son actif, qu’elle repose en paix, merci pour ton article, bonne journee et grosses bises

  6. Mon commentaire n’a pas dû passer
    Je te disais que cette femme avait sûrement du mérite à cette époque mais perso, j’ai toujours eu du mal a accepter ces avortements clandestins surtout pour la dangerosité de l’acte .
    jE TE SOUHAITE UNE BELLE JOURNEE

  7. D’après l’histoire, les Babayagas ne sont pas des tendres ! De mon côté, j’ai entendu parler des Béguines. Voici la présentation de ce principe de vie en communauté : source Wikipédia. « Les « béguinages » (begijnhof en néerlandais), sont des lieux dans lesquels vivent des Béguines. Leur logement est généralement constitué d’une ou deux rangées de petites maisons reliées par des coursives et d’une église, le tout habituellement réuni autour d’une cour où se trouve un jardin. Ce sont de véritables villages dans la ville. On les retrouve particulièrement en Flandre et aux Pays-Bas.
    Ces béguinages médiévaux abritent des communautés de femmes pieuses, à la fois religieuses et laïques, qui ne sont pas engagées par des vœux de type monastique et vivent de ce fait en autonomie car elles ne dépendent d’aucune hiérarchie tant religieuse que laïque. Au cours de l’histoire, des béguinages d’hommes sont aussi apparus et on estime que 80 000 hommes y vivaient au XVII-XVIIIè siècles.
    Certains de ces béguinages flamands existent encore aujourd’hui et sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ailleurs parfois, les bâtiments n’existent plus mais les noms de rue rappellent la présence d’un béguinage, ainsi à Delft ou Utrecht (aux Pays-Bas). »
    Je pense que c’est une très bonne idée : peut-être qu’avec Pascal, un jour, nous ouvrirons une colocation mixte pour personnes mûres, voulant vivre en communauté ou tout simplement, n’ayant plus les moyens de vivre dans leur logement… Pourquoi pas ?
    Bises et bonne journée.

  8. Bonjour Clara,
    Merci de nous faire connaitre cette grande dame courage. Chapeau pour son œuvre que mérite d’être citée en exemple.
    Ce matin beau soleil….pourvu qu’il reste présent.
    Bonne journée

  9. Formidable Thérèse Clerc, dont je n’avais jamais entendu parler ! Quel parcours, quelle ténacité, bravo. Ton billet m’a profondément émue, car ma grand-mère paternelle a eu aussi un parcours exemplaire, elle était sage-femme à Céret, dans les Pyrénées-Orientales. A la fin des années 60, elle a aidé une gamine à avorter, et cela s’est su. On lui a interdit de continuer à exercer en France. Grand bouleversement dans la famille, tu parles … Et en 1961 en pleine guerre d’Algérie, elle a été embauchée par le directeur de la maternité de Tizi-Ouzou pour diriger justement cette maternité. Elle y est restée jusqu’en 1982, elle avait 80 ans. Puis elle est rentrée en France, et elle est décédée un an après … Nous étions allés la voir deux fois en voiture. Sacrée expédition … Toute l’Espagne et le Maroc. Mais elle nous écrivait et nous disait toujours ce dont elle avait besoin pour l’hopital, car là-bas, depuis le départ des Français, ils manquaient de tout ! Sacrée bonne femme elle aussi. Je pense souvent à elle.
    Bisous, bisous.

  10. Une femme qui a eu le mérite d’aider bien des femmes en détresse, c’est ce qu’il faut retenir et dont le courage a et les actions ont du peser sur certaines lois je pense…
    Bonne soirée Clara

  11. Bonjour, je ne connaissais pas cette dame, ce qui me fiat peur ce sont las avortements clandestins, sur la table de son salon, en plus, je pense toujours à la bonne vieille aiguille à tricoter 😐 je te souhaite une bonne journée bisous

  12. J’ai lu avec beaucoup d’attention ce joli message..J’ai appris ce matin son décès ..Merci de mettre en évidence cette dame de grand cœur et son idée de faire une maison pour les femmes seules et âgées..Merveilleuse idée d’avoir institué ce mouvement pour les femmes.
    Je t’embrasse et te souhaite une belle soirée.

  13. Oh j’aimais bien cette femme ! j’avais vu le reportage et c’est depuis que je suis persuadé qu’elle avait tout compris et que la vie en communauté (avec des règles et des affinités bien sûr) est LA solution pour passer sereinement le troisième et le grand âge. Elle avait du charisme et défendait bien son projet. Ça me fait bizarre de la savoir partie… Tu lui as fait un bel hommage. Bisous Clara

  14. Au début je me suis crue dans mon enfance avec baba yaga jambe de verre mais la suite n’a rien à voir. Merci pour ton article intéressant concernant Thérèse Clerc ! Bonne fin de semaine, bisous

  15. Bonjour Clara,

    un hommage bien mérité pour cette femme courageuse qui a tant fait la condition de la femme.
    Merci Clara pour ce billet qui m’en a appris un peu plus sur elle
    Amicalement

  16. Bonsoir Clara,
    en faite Baba Yaga dans les contes russes c’est une méchante sorcière, toujours très très vieille et extrêmement laide.
    Alors je pense que ce nom ne convient pas pour la maison. Je dirais que ce n’est pas du tout gentil d’appeler ainsi ces femmes démunies qui ont travaillé toute sa vie.
    Ce serai bien de trouver un autre nom pour la maison.
    Passe un très bon weekend
    Bises amicales

  17. Merci d’avoir mis Thérèse Clerc à l’honneur, cette femme qui a risqué sa vie pour ses compatriotes, pour des femmes à qui l’on refusait un droit que nous avons acquis chèrement plus tard.

    Quand à cette maison des babayagas ce n’est pas tant pour la ressemblance avec cette vieille femme acariâtre et pas sympa du tout que ce nom a dû être donné mais plus par rapport à ce que a réaliser la petite fille grâce à la gentillesse de sa tante. Si l’on donne un peu d’amour on en retire beaucoup d’amour….

    Thérèse Clerc ne m’est pas totalement inconnue car je milite comme elle au sein des milieux d’action catholique….

    Merci et bisous

    EvaJoe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.