Les familles se vident…

Logo 1914

Je tiens encore à remercier Clara de m’offrir la possibilité de pouvoir participer à

vos écrits sur 1914 ainsi que tous ceux qui m’ont encouragée.  Marinette

photo 2 Marinetteles conscrits partent pour le front

(Photo médiathéque F.Miterrand Poitiers fond G. Simmat)

Les familles se vident déjà avant…

Le nombre de soldats appelés à faire leur service militaire est allé en augmentant depuis le début du siècle.

En 1905 avec la loi Berteaux, le principe du service militaire obligatoire de 2 ans s’impose à tous les citoyens. La conscription est alors considérée comme le système le mieux adapté pour fournir les effectifs nécessaires à la sécurité du pays et le plus conforme au principe d’égalité républicaine. Il supprime le tirage au sort et les dispenses ( sauf inaptitudes physiques).

Le 20 février 1913 , Raymond Poincaré dès le début de sa présidence affirme au Parlement :  » Il n’est possible à un peuple d’être efficacement pacifique qu’à condition d’être toujours prêt à la guerre « .

Le Conseil supérieur de la guerre s’est réuni le 4 mars 1913, à l’Élysée, sous la présidence de M. Raymond Poincaré et a décidé :

A l’unanimité, qu’il y avait nécessité absolue, dans l’intérêt de la défense nationale, d’augmenter les effectifs militaires.

A l’unanimité également, qu’il se prononçait en faveur du service de trois ans, strictement et rigoureusement égal pour tous, sans aucune dispense.»

Le 7 août adoption définitive du texte.

L’Etat Major Général de l’armée rédige, lui, un nouveau plan de mobilisation et de défense en prévision d’une attaque brusquée dans une stratégie privilégiant l’offensive « foudroyante ».

Au 1er août 1914, date de la mobilisation, l’armée française d’active disposera de près de 740 000 hommes, au lieu de 520 000 l’année précédente. Mais sur les trois classes sous les drapeaux en ce début de conflit, une seule a entamé sa deuxième année de formation, les deux autres terminent leur première année.

Dans les familles se pose le problème du manque de main d’oeuvre, la plupart d’entre elles étant concernées.

photo 1 Marinette

(aetdebesancon.blog.lemonde.fr)

Par ailleurs certains militaires dès cette période ne reverront pas leur famille.

Je vous cite un texte de ma grand-mère évoquant le destin de son frère aîné :

 » Mon frère Raoul s’était engagé pour 4 ans pour obtenir une place de facteur en rentrant du régiment. Il était sergent et terminait son service militaire au Maroc placé depuis peu sous le protectorat français. Vers la fin de 1914, il fut ramené en France avec des soldats marocains envoyés sur le front dans des secteurs dangereux ( région du Nord ). Nous ne l’avons pas revu. Quelques mois après nous avons appris qu’il était décédé. Nous n’avons presque rien reçu de ses vêtements et effets personnels qui avaient étés volés. Nous n’avons connu aucun détail des dernières semaines de sa vie dans le fracas des batailles. Il n’avait pas eu de jeunesse, domestique dés l’âge de 14 ans. Ensuite le service militaire pour la plus grande partie en Tunisie et au Maroc dans des conditions pénibles et sans permission. Pourtant, il avait un caractère ouvert et gai, il aimait la vie. Il n’a pas eu de chance, comme tant d’autres pauvres victimes. » Germaine R. texte écrit en 1979.

Une réflexion au sujet de « Les familles se vident… »

  1. Cette guerre et ses conséquences ont bouleversé toute la société et j’entendais l’autre jour à la radio, que nous la subissons encore.
    Le rôle des femmes par exemple a radicalement changé pendante et après cette période.
    Dans les familles touchées par cette boucherie, on n’a pas oublié.
    Bises bien amicales, Marinette.

  2. Quel marasme…
    Triste témoignage de cette petite sœur qui a regretté toute sa vie ce grand frère perdu dans un monde militaire dur et terriblement inhumain
    Tous les hommes français partis sous les drapeaux, les femmes ont pris toutes les responsabilités.. De la main d’œuvre étrangère a été appelée…
    Merci pour ce moment intéressant !
    Bisous.

  3. comment peut-on voter à l’unanimité de telle atrocité? Et quelle unanimité certainement pas celle de la chair a canon ce qu’était ces pauvres gens! Bisesssss

  4. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara….ça y est, même avec 1 oeil, j’ai fait mon article sur la guerre de 14-18…et là, je danse sur la zike que tu as mis sur ton blog….mon oeil fait la fête, yes, il danse, il danse, il tourne, il se retourne….oh la la, je sens que je vais le perdre….allez, hop, reviens par là toi !
    Je passerai plus tard pour lire tous les articles, là, c’est pas évident avec un oeil qui danse….et hop, mes doigts s’y mettent aussi…c’est la fête à fond…Bises Clara et merci pour tes commentaires, vous me faîtes souvent rire avec tout ce que vous me dîtes et rire, j’adore…mes yeux en pleurent de joie…hi hi hi
    A très vite Clara

  5. Bonjour MARINETTE
    on ne ce connais pas merci infiniment de cette histoire de votre grand Mère au sujet de son frère et oui ces guerres ont durer et malheureusement combien sont mort comme Raoul sans nouvelles et permissions et volés en plus merci et prenez soins de vous et chère Clara tu ais aussi la bonté même bien sur qu’ il y aura une autre guerre plus de travail trop de Monde sur terre la planète est en colère qui c est un jour ???????? et merci des dates que tu as pauser que je haies l humain pour les guerres et surtout là a notre époque enfin je te souhaite un excellent Dimanche et profite avec ta famille chaque jour est important dans une vie Amitiés pour elle bisous Danielle

  6. que de pertes et de souffrance, pourtant les guerres frappent tous les pays de temps en temps avec les mêmes douleurs et atrocités
    quand pourra le monde devenir libre de ces fléaux?

    je souhaite bonne chance aux français pour les eléctions de ce jour
    bon dimanche aussi chère Clara
    gros bisous
    Angie

  7. bonjour chere Clara, les guerres et en particulier celle de 14/18 a eu des effets tres importants sur la production agricole, par suite de la rarefaction de la main d’oeuvre, mes grand parents paternels, n’ont pu continuer l’exploitation de leur ferme, et quand mon père est rentré en 1919, il n’a eu comme solution, que de se placer comme ouvrier agricole, mes grands parents maternels on pu continuer grace à l’aide des prisonniers de guerre, allemands et autrichiens, mais ont du abandonner après le retour de ceux ci, dans leurs foyers, et encore je ne parle que pour deux familles qui n’ont pas eu de disparus dans cette boucherie …pour ceux qui ont eu des morts dans la famille, ce fut bien pire …
    bravo pour cet article, bonne journee chere Clara, grosses bises
    (j’était une partie de la journée au bureau de vote, je retourne pour le depouillement!!)

  8. Bonsoir Chère Marinette,

    Après avoir lu le témoignage qu’a posé « Florence » sur son blog, je viens de voir celui de ta grand-mère concernant son frère aîné… Il est tout aussi émouvant et particulièrement révélateur du peu de cas que l’on a fait des hommes lors de cette guerre !
    Il fallait des bras pour lutter contre l’adversaire, alors que la France avait tant besoin de ses hommes pour travailler.

    Chaque article que je lis dans la communauté de Clara, apporte un éclairage différent et à la fois complémentaire des autres…

    Triste période, vraiment, mais l’Homme n’est quand même pas mieux considéré de nos jours.

    Merci pour ce témoignage touchant.
    Gros bisous,
    Cathy.

  9. cette guerre a laissé tant de familles meurtries et endeuillées
    mais on ne peut empêcher aux gens de combattre
    j’espère que tu as eu un ciel clément

    pour nous ça va

    je te souhaite une belle soirée

    bisous de la Martinique

  10. Le grand-père de mon mari nous l’a bien racontée cette guerre là..
    Malheureusement lors de son décès toutes les lettres et photos
    ont été prises par des membres de la famille et nous n’avons plus aucun souvenir… C’est bien que Marinette nous ait permis de se remémorer cette sale guerre.
    Bises à elle et à toi Clara..
    justine

  11. Bonjour ma douce Clara,
    Je suis bouleversée par ce récit.
    J’ai de la chance de ne pas avoir connu cela.
    Ces pauvres gens qui partaient avec le sourire, heureux de défendre la patrie, où sont ces valeureux guerriers ?
    C’était tout une époque.
    Merci pour ce partage, j’apprends plein de choses.
    Bonne semaine, bisous.

  12. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…Je passe te faire un petit coucou. Je ne suis pas encore bon oeil, alors je reviendrai j’espère très vite lire les articles…Les tiens et ceux de la communauté. A très bientôt Clara et merci encore pour tes gentillesses, ton soutien

  13. Quand je lis ce témoignage ça me fait froid dans le dos sachant que j’ai trois fils!!! Cela m’aurait fait mal de les voir partir à la guerre, même au service militaire qu’ils ont eu la chance de ne pas connaître!!!
    J’ai lu beaucoup de livres parlant du départ à la guerre de très jeunes garçons et chaque fois j’essaye d’imaginer mes gamins, je ne pourrais pas supporter leur départ, les savoir tremblant de peur car ils ont beau être des hommes ils ont un coeur d’enfant!!!
    Merci à Marinette pour son partage très touchant!!!
    Bisous Clara!!!
    Domi.

  14. Florence – Testé pour vous
    Bonjour ou Re bonjour…quelle tristesse, quel gachis. Cette vie prise et la famille qui ne sait rien du pourquoi ni du comment, c’est horrible. Il avait 14 ans, il ne demandait qu’à vivre…il avait un projet, être facteur…et puis, cette guerre, puis plus rien, une vie anéantie…quelle tristesse…putain de guerre, de boucherie qui a brisé tant de destins. Je soupire, écoeurée par tant d’horreurs.
    Merci pour ce partage, qui retourne les tripes. A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.