Prière laïque

Erri De Luca (né Henry De Luca le 20 mai 1950 à Naples) est un révolutionnaire, écrivain, poète et traducteur italien contemporain. Il a obtenu en 2002, le prix Femina étranger pour son livre Montedidio et le Prix européen de littérature en 2013. (Wikipédia)

Voici le poème qu’il a écrit pour tous les migrants qui arrivent sur nos côtes :

Prière Laïque

Notre mer qui n’es pas aux cieux
et qui de ton sel embrasses
les limites de ton île et du monde,
que ton sel soit béni
que ton fond soit béni
accueille les embarcations bondées
sans route sur tes vagues,
les pêcheurs sortis de la nuit,
et leurs filets parmi les créatures,
qui retournent au matin avec leur pêche
de naufragés sauvés.

Notre mer qui n’es pas aux cieux,
à l’aube tu es couleur de blé
au crépuscule du raisin des vendanges
nous t’avons semée de noyés plus que
n’importe quel âge des tempêtes.

Notre mer qui n’es pas aux cieux,
tu es plus juste que la terre ferme
même à soulever des murs de vagues
que tu abats en tapis.
Garde les vies, les visites tombées
comme des feuilles sur une allée,
sois leur un automne,
une caresse, des bras, un baiser sur le front,
de père et mère avant de partir. »

Erri de Luca

29 réflexions au sujet de « Prière laïque »

  1. Magnifique poème sur la mer qui reste le tombeau de trop d’émigrants …
    Bon week end.
    Bisoux, Clara

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

  2. Triste sort des migrants. Quelle vie pour ceux qui ne périssent pas en mer ? Que pouvons nous faire face à cet afflux trop important de migrants. C’est un vrai problème pour l’Europe. Un très beau poème.

  3. Emouvant………ce poème…

    J’ai mis ma plume en vacances pour reposer ma vue, je devrais suivre à la lettre les recommandations de mon ophtalmo, mais difficile de contenir mon inspiration à croire qu’elle le fait exprès…
    Je fais de petites entorses quotidiennes sur mon blog de blogspost… je remets en lumière d’anciens poèmes..
    Merci CLARA d’être passée sur mon blog prendre de mes nouvelles
    A bientôt
    Bon et doux weekend
    Bisous
    timilo

  4. beau poème… et énorme problème ! qu’allons nous faire, les laisser se noyer ? les renvoyer, mais où ? les renvoyer chez les autres comme le fait l’Australie ? les bloquer à la frontière ? les virer de leurs squats ? sans doute n’avons nous encore rien vu, d’autres plus nombreux vont venir ! tres grave problème chère Clara, en dehors de les accueillir, je ne vois pas de solution !
    bon weekend et grosses bises

  5. Ce poème dit tellement vrai
    La mer est un lieu de partage de vie
    Mais la vie en décide autrement
    Il faudrait avant tout permettre aux peuples de vire heureux chez eux
    Non aux profiteurs de ces vendeurs de rêves
    Honte à eux
    @ + et bon week-end

  6. oui, c’est vrai, tu as raison, toutes les religions et principalement les intégristes de celles-ci et ils sont de plus en plus nombreux, hélas;
    belle journée, Clara

  7. Terrifiant poème … Je ne sais que dire concernant l’arrivée massive de ces hommes, femmes et enfants qui rêvent d’un paradis qu’ils n’auront malheureusement pas ! L’idéal serait de les aider à rester chez eux, mais … comment ??? Et comment les accueillir chez nous ? Avec toutes les difficultés que certains ont pour survivre. Pas facile.
    Bon W.E. et bises ma belle.

  8. Bonjour ma douce Clara,
    Un poème magnifique.
    Quel sort pour ces gens, ils cherchent le bonheur, beaucoup périssent avant d’arriver.
    Tous les jours on entend cela la radio, c’est humain de chercher ailleurs ce que l’on n’a pas chez soi.
    On peut remercier le ciel d’être né dans des pays comme les nôtres.
    Pourtant, si on voulait, tout le monde serait heureux. Le monde est égoïste.
    Merci, je ne connaissais pas ce monsieur, je vais m’y intéresser.
    Bon week-end, bisous.

  9. Bonjour Clara, ces mots sont magnifiques, pauvres gens ballotés par une mer inhumaine, ceux qui arriveront sur la terre ferme trouveront-ils des humains qui leur tendent la main….. C’est une catastrophe! bisous et bonne journée MTH

  10. je viens de finir un livre de lui…la Méditerranée est devenu le plus grand cimetière du monde. non, je n’ai pas fait de sport sur la plage 🙄 je me suis juste baignée… gros bisous Clara. cathy

  11. quelle tristesse !! au lieu de faire croire à ces gens que l’Europe est un eldorado on devrait leur dire la vérité, qu’ils seront soit noyés en mer, soit parqués comme des bêtes, à ce moment là je pense qu’ils préfèreraient rester dans leur pays .. et essayer de faire quelque chose de leur vie
    merci Clara je ne connaissais pas ce poète, je vais me pencher sur lui
    belle journée
    bises
    joelle

  12. Bouleversant ces mots…….quelle triste fin de vie pour ces êtres qui rêvaient d’un monde meilleur, quoique… là ils l’ont trouvé…
    Bonne fin de semaine pour toi.

  13. Je ne peux dire que c’est un beau poème c’est juste la triste réalité , très bien écrit .Je vais me documenter sur cet écrivain que je découvre .
    Je te souhaite un bon WE Clara
    Amitiés

  14. Bonjour Clara,

    Je ne connaissais pas ce poète, je vais regarder, je le connaîtrais davantage.

    J’avais une idée de texte qui me trottait dans la tête, un peu sous cette forme mais plus croyante et non laïque du coup maintenant je me demande si j’oserais un jour la déposer sur mon blog, je ne voudrais pas être qualifiée de plagiste. J’ai juste jeté quelques mots sur une feuille de papier.

    Genre: en intercalé mère et aussi père et fils…Mais bon…

    En tous les cas ce texte prends tout son sens quand on voit ce que nous voyons. Que faire? Les laisser se noyer, honte à nous….Les laisser entrer pour aller ou, l’Europe veut que la France en accueille plus de 8000, oui mais après…Les aider sur place, c’est complexe car il y a ceux qui fuient l’avancée de Djihadistes, d’autres les guerres incessantes chez eux je pense au Soudan, à la Somalie, l’Érythrée. Aucun de ces réfugiés à le même statut ce qui ma foi est bien complexe….

    Belle journée et merci d’amener la réflexion ….A nous qui sommes finalement des nantis de la vie car nous vivons dans un Pays Libre, mais est-ce que nous nous en rendons vraiment compte, j’ai d’énormes doutes….Vu ce que je lis et entends…

    Si demain c’était l’Europe qui traversait sur des radeaux de fortune…Qu’obtiendrait-on? A mon avis on nous rendrait ce que nous leur avons donné…A méditer ne trouves tu pas?

    Bisous d’EvaJoe

  15. Épouvantable situation ! Quelle horrible destinée que celle de ces pauvres gens qui donnent de l’argent pour aller mourir .. se noyer.. pour recevoir des coups. oui.. ils feraient mieux de rester chez eux, nos ingénieurs devraient aller dans leur pays pour leur apprendre et les aider à trouver des solutions, quand à la barbarie.. Notre siècle n’est que honte.. et nous allons payer dans le futur notre inhumanité.. cette légèreté à prendre ce problème au sérieux!
    Sincèrement avec toi en toute amitié.

  16. Bonjour Clara,
    Quel beau poème écrit par cet homme que je ne connaissais pas et triste sort de ces migrants qui n’hésitent pas à tout laisser derrière eux pour essayer d’accéder à un avenir meilleur ! Malheureusement, beaucoup y laissent leur vie en chemin ! Triste réalité de notre monde d’aujourd’hui, totalement déboussolé et partant à la dérive 🙁 Bon week-end à toi. Bisous 🙂

  17. étant contre sur le fait que l’on prenne une prière comme le notre père pour la transformer, je pourrai dire que je n’aime pas mais je reconnais là une véritable prière, des mots qui percutent et qui nous font comprendre le martyr de ces gens sur des bateaux non adaptés pour quitter leur pays afin de trouver la paix

  18. Bonjour Clara,

    Merci pour la découverte de ce poète. Quel talent! Quel grand cœur! Je plains ces pauvres êtres obligés de fuir de chez eux, de tout quitter pour trouver… quoi? La rancœur, le mépris, un espoir piétiné…

    Superbe poème
    Merci Clara pour ce partage
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.