Archives de tags | enfants

La leçon de morale

 

instruction civiqueD’après ce que j’ai lu et entendu, les leçons de morale auraient recommencé chaque jour à l’école, primaire sans doute, car mes petits-enfants qui sont au collège et au lycée ne m’en ont pas parlé.

J’ai farfouillé dans Internet pour retrouver des exemples de leçons qu’on nous enseignait autrefois :

« Bien mal acquis ne profite jamais. »

  » Plus fait douceur que violence. « 

  » L’homme ignorant gagne difficilement sa vie.  » 

 » L’oisiveté est mère de tous les vices.  » 

 » Personne ne croit plus le menteur, même quand il dit la vérité. « 

 » L’alcool, voilà l’ennemi. « 

 » Afin de devenir un homme honnête et un bon citoyen, observe les conseils de la morale.  »

Quand je relis ces quelques phrases (il y en avait en veux-tu en voilà) et que je m’attarde sur chacune d’entre elles, je me demande sur quels exemples vont s’appuyer les enseignants d’aujourd’hui !

De plus, la tenue à l’école faisait partie intégrante de cette morale :

Se mettre en rang, se lever quand l’enseignant rentrait dans la classe, dire bonjour, merci, pardon, faire silence…

L’enseignant vérifiait aussi la propreté des mains, des ongles, des oreilles et l’accoutrement vestimentaire de ses élèves.

La tenue du cahier, l’écriture avaient également une grande importance.

On nous enseignait également l’instruction civique, l’organisation et le respect des institutions, les valeurs de la République (et l’obéissance aussi, il faut bien en convenir), le patriotisme car il fallait bien être prêt pour partir à la guerre, et se sacrifier,  si nécessaire ! C’était être un bon citoyen.

On connaissait ainsi ses droits et ses devoirs. Qui les connaît et les respecte à présent ?

Il faudra sûrement, aux enseignants actuels,  beaucoup de pédagogie pour faire rentrer tout cela dans la tête de nos enfants. Seront-ils marqués à vie comme nous l’étions par ces dogmes qui étaient quand même parfois discutables ? Où se situent les limites d’un tel enseignement ? N’est-ce pas aux familles d’abord d’inculquer des règles élémentaires de vie en société à leurs enfants ?

Une fois encore, tout est brouillé et on ne s’y retrouve pas.

Qu’en pensez-vous ?

 

Ne rien voir, ne rien entendre ?

(chiffre de 2013, voir ICI)

Dix heures du soir, je regarde un film,

Et bien que tout soit fermé chez moi,

Il me semble entendre des cris dans la rue.

Je baisse le son et j’ouvre ma porte d’entrée

Pour vérifier si je n’ai pas la berlue.

Non, les voisins de la maison d’en face crient, une fois de plus,

Ils se disputent très fort devant leurs deux petits garçons.

J’ouvre mon portail électrique et vois la maman faire les cent pas dans son jardin.

Elle pleure et crie et lui, je le vois et l’entends vociférer derrière la vitre

Où l’un des petits colle son nez.

Je leur dis « arrêtez, arrêtez, voyez ce que vous faites vivre à vos enfants ».

Elle, toujours dehors «  mais ce n’est pas moi, c’est lui, il me fiche sur la figure régulièrement,

Je ne sais plus quoi faire ».

Je lui dis alors d’appeler la police ou de voir son assistante sociale mais d’agir,

Et surtout de ne pas rester dans cette situation.

« Mais il va me prendre mes enfants » me répond-elle.

« Non, les enfants sont à vous également, c’est impossible ».

Je rentre chez moi et les entends encore un moment.

Lui sort et dit au plus grand « laisse-là, elle est tarée ! ».

Pauvres gosses, que vont-ils penser de leurs parents et des adultes ?

Très anxieuse, j’appelle mon gendre qui est  policier

Pour lui demander ce que je peux faire.

« Rien, me répond-il, si on y va cela va te retomber dessus et

Puis  on leur dira exactement la même chose que toi. »

« Je ne veux pas être lâche, lui dis-je, et laisser cette femme dans une situation de danger».

« Tu ne peux rien faire de plus » m’affirme-t-il pour me rassurer.

 Je me souviens qu’il y a longtemps, j’étais déjà intervenue chez des voisins,

dans deux cas semblables et  je crois qu’au moins une fois, le pire a pu ainsi être évité.

Bien sûr, cela se reproduira. Que devrai-je faire alors ?

Ne rien voir, ne rien entendre ?

Citation en « E »

 

citation-DomiPour le jeu « dico citations » de l’Annuaire pour les Nuls,

cette semaine, c’est avec lettre E.

J’ai choisi le mot : EDUCATION.

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde. »

de Nelson Mandela

« L’enseignement : apprendre à savoir, à savoir faire, à faire savoir.

L’éducation : apprendre à savoir être. »

de Louis Pauwels

Je pense que plus l’éducation régresse dans le monde, plus l’ignorance gagne du terrain et par conséquent plus la misère sociale, économique, personnelle, progresse. Si on éduque et instruit les enfants, ils sont à même, à l’âge adulte,  de  se prendre en mains.

Quand on ne sait rien d’autre que ce qu’on vit, chaque jour, on est dans l’obscurité et même dans l’obscurantisme.

On n’est pas en mesure de faire des comparaisons, de tirer partie de ses propres ressources, de connaître les conséquences du manque d’hygiène, de mettre en pratique des savoir-faire et des savoir-être. On n’a pas connaissance non plus de ses droits fondamentaux.

Bien sûr, nos modèles occidentaux ne sont pas parfaits pour nos propres enfants, puisque ici aussi, malheureusement, l’éducation recule.

C’est cependant moins pire que dans certains pays où les enfants ne bénéficient pas d’un minimum de connaissances qui leur permettrait de réfléchir et de faire des choix, au lieu d’être bien souvent exploités.

Si on veut qu’un arbre soit beau et qu’il produise de beaux fruits, il faut le soigner, le nourrir, l’élaguer, le diriger, l’aimer, avant qu’il ne soit adulte. Chaque spécimen demande d’ailleurs, une attention particulière et différente selon son espèce, son origine.

Pour moi, un enfant peut être comparé à cet arbre. Car si on le laisse pousser sans soins, sans protection, sans direction, il partira dans tous les sens, ne connaîtra ni son devoir ni ses droits et se perdra immanquablement.

C’est mon opinion personnelle, mais  laquelle est la vôtre ?