Archives de tags | mai 68

Mon mai 68

En ce mois de mai 68, j’avais presque 18 ans et étais en première. Je ne me souviens plus si l’épreuve du bac a été perturbée. J’habitais à dix kilomètres de mon lycée, je prenais donc le bus pour y aller. Il me semble bien que pendant plusieurs jours, je suis restée à la maison à cause des grèves et de la pénurie d’essence. A la maison, on suivait les évènements en noir et blanc, à la télévision. Alain Geismar et Daniel Cohn Ben Dit (quand on voit ce qu’il est devenu, ce révolutionnaire !) étaient en première ligne à Paris. C’était bien loin de notre province, du département du Lot-et-Garonne où je vivais à ce moment-là ! Pas de pavés arrachés ni de barricades dans nos rues.

Je me souviens par contre que nous avons eu, une fois, un débat avec le proviseur et certains profs, sur le campus du lycée et que nos revendications étaient très matérielles et dérisoires comme ne plus porter de blouses roses pour les filles, bleues pour les garçons, se  « mélanger » à l’internat, des trucs comme ça…et rien de plus !

Peut-être mes souvenirs sont-ils tronqués ? La révolution sexuelle, laissez-moi rire, pour nous, dans une société provinciale coincée, ce ne sont pas ces quelques jours qui auront tout changé, même par la suite ! Une copine est tombée enceinte quelques mois plus tard, elle devint « fille-mère » et ce fut une catastrophe pour sa famille. D’ailleurs nos parents n’ont pas davantage abordé, par la suite, les questions sexuelles dont le risque principal (le sida n’existait pas encore) de tomber enceinte auquel on s’exposait avec des relations non protégées, pratiquées à cette époque.  Certaines filles partaient à Londres quelquefois, pour un soi-disant « séjour linguistique », en réalité, pour avorter et beaucoup d’autres n’en avaient pas les moyens…

Sans doute, au fil du temps, cette époque a-t-elle modifié nos comportements dans la société. Nous avons été un peu plus ouverts et permissifs avec nos enfants et certains droits sociaux, surtout pour les femmes,  ont fini par évoluer positivement. La télévision a aussi permis cela tout en amenant également bien des côtés pervers..

Actuellement, la plupart des postes clés de notre société, par qui sont-ils détenus ? par ces anciens « révolutionnaires » qui ne veulent rien lâcher, et surtout pas ni leurs postes ni leur fric, ils ont aussi souvent perdu le sens du mot « liberté » ! Parmi eux, trop sont devenus de vieux cons bourgeois, me semble-t-il.

Et vous, quels sont vos souvenirs de mai 68 ? Qu’en reste-t-il, d’après vous ?

(ce texte n’est pas un poisson d’avril, c’est juste mon point de vue !)