Archives de tags | pauvres

Réformer ?

Réformer soit, mais pour quoi faire ?

La définition (partielle) du dictionnaire est la suivante :

« Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer »

Un proverbe égyptien dit également : « il y a loin de la réforme à la renaissance »

Et Edgard Faure disait : « la réforme fiscale c’est quand vous promettez de réduire les impôts sur les choses qui étaient taxées depuis longtemps et que vous en créez de nouveaux sur celles qui ne l’étaient pas encore ».

N’est-ce pas le cas ? un impôt chasse l’autre et le remplace et il est surtout pris dans la poche de celui qui essaie de vivre de son travail ou de celui qui a beaucoup travaillé pour toucher une modeste retraite. Les riches sont censés investir leur argent dans notre économie afin que quelques miettes tombent de leur table pour nous nourrir et ils sont encouragés à le faire au prix de coûteux cadeaux que leur fait l’Etat et l’Etat, c’est nous. Quelques-uns d’entre eux sont certainement partageurs mais beaucoup d’entre eux sont aussi fortement égoïstes. C’est comme ça depuis la nuit des temps, on ne changera pas la nature humaine. Alors, à cette réforme, je n’y crois pas.

Pourtant, le but de nos sociétés modernes, civilisées et instruites, se devrait de revoir la répartition des richesses. Hélas, l’écart se creuse toujours un peu plus entre les couches de la population et la divise.

On nous montre toujours le modèle de l’Allemagne mais depuis quelques temps, les médias sont moins enthousiastes car le pays a atteint les 15,7 % de pauvres soit 12,9 millions de personnes !

En France, nous en avons environ 8,5 millions. Entre 2008 et 2012, ils ont augmenté de 800000 personnes.  Voir ICI.

Le but est sans doute de rejoindre l’Allemagne en appliquant les désidératas de cette chère Madame Merkel. Arriver à avoir le même nombre de pauvres, ce serait cool et égalitaire, non ?

Notre président ne doit pas avoir connaissance de tous ces chiffres ou alors, il s’en fiche pas mal ? Il ne voit que par l’Europe et par les élites qui la dirigent. Que connaît-il de la vraie vie des français ? Pas grand-chose, à mon avis.

Il est né avec une cuillère d’argent dans la bouche et n’a jamais côtoyé un électeur de prés, dans une commune ou une région. Il est tout là-haut, Jupiter, assis sur son nuage, où il s’agite, quand même ;  il faut au moins le reconnaître, c’est qu’il dort si peu !

Si réformer veut dire tout ramener vers le bas, au ras des pâquerettes, que ce soit les salaires, les services publics, l’enseignement, la culture, la santé et j’en passe, nous avons du souci à nous faire pour les nouvelles générations.

On nous dit que les français sont contre les réformes, évidemment, c’est bien normal quand ce sont des réformes qui ne leur sont pas favorables !

Vous avez bien le droit de ne pas être d’accord avec moi, alors expliquez-moi votre définition de la réforme, s’il vous plaît !

A bientôt.

Les oubliés…

Tout d’abord merci pour tous vos commentaires sur le candidat Macron, vous ne m’avez pas fait changer d’avis et vous n’avez sûrement pas changé le vôtre non plus, mais au moins, on a échangé et cela me paraît important au vu de nombreux clivages que l’on constate dans notre société.

Ainsi, un fossé immense s’est creusé entre une grosse partie de la population en galère et nos politiques. Tous cette catégorie de français se sent oubliée, déclassée, inintéressante et donc ne va pas voter ou vote aux extrêmes.

Une journaliste Anne Nivat vient de sortir un livre dont on entend beaucoup parler :

« Dans quelle France on vit ».

Continuer la lecture

Questionnements

migrants

Ce matin, une blogueuse disait sa pitié mais aussi sa colère par rapport à l’afflux de migrants en Europe. J’ai également entendu sur France Inter que les français à 60 %,  ne souhaitent pas les accueillir.

Laurent Joffrin du journal Libération expliquait cette réaction surtout par la peur de l’islamisme et disait comprendre cette peur.

Vous savez, vous qui me lisez, que j’ai déjà écrit sur le sujet et avec beaucoup de compassion, je crois.

Malgré toute cette compassion que je ressens par rapport à tous ces gens, car qui ne serait touché par de telles situations, je ne peux m’empêcher de penser également qu’il pourrait y avoir, en effet,  parmi tous ces arrivants, des terroristes en puissance, des infiltrés. C’est facile puisqu’il n’y a aucun contrôle pour l’instant.

D’autre part, je me pose la question comme beaucoup d’internautes et peu de journalistes, de savoir pourquoi les états très riches du Golfe ne les accueillent-ils  pas ? Que se passe-t-il ? J’ai trouvé plusieurs sites sur Internet qui traite de cette question et j’ai trouvé une réponse, là, parmi d’autres :

http://www.levif.be/actualite/international/les-etats-du-golfe-et-l-arabie-vivement-critiques-parce-qu-ils-n-accueillent-pas-de-refugies/article-normal-414161.html

Pourquoi viennent-ils tous en Europe, si ce n’est que nous sommes vraiment généreux et humanistes ?

Je vois que plein de français et de communes, sont prêts à les héberger. Dans un premier temps, j’ai pensé moi aussi à aider concrètement quelqu’un dans  la mesure de mes moyens, mais je me suis demandé aussi pourquoi dans ce cas, je ne pourrais pas le faire tout le temps pour des compatriotes, et tout cela me met très mal à l’aise.

Serais-je moins généreuse que je ne le pensais ? Je donne pourtant, chaque trimestre,  pour payer l’école d’une petite malgache qui je l’espère, pourra rester dans son pays.

Et puis, qui va payer pour eux, la nourriture, l’école, les soins, l’eau, le gaz, l’électricité, les vêtements…, car tous ne vont pas trouver du travail du jour au lendemain, même s’ils ont des compétences.

Qui part de ces pays, si ce ne sont les suffisamment riches qui peuvent payer les passeurs ? les pauvres, eux, n’ont qu’à subir ou mourir !

Que deviennent les personnes âgées, là-bas, et les très âgées ou malades incapables de faire le voyage ?

Qui va rester là-bas, pour lutter contre le totalitarisme religieux ou autre ? que se passe-t-il dans ces pays exactement ? va-t-on attendre qu’ils se vident totalement ?

Voilà, je me pose mille questions auxquelles je ne n’ai pas réellement de réponses, mais ne croyez surtout pas que cette situation m’indiffère. Ceux qui me peinent le plus, ce sont les enfants,  pauvres innocents qui n’ont rien demandé.

Quelle est votre position, si vous arrivez à en avoir une ?

CAS CONCRET

pauvres

J’espère ne pas mettre le feu sur mon blog avec ce sujet.

Ne croyez pas que je sois insensible à la situation des gens pauvres, ceux qui voudraient bien s’en sortir et qui font des efforts pour cela, et ils sont nombreux.

J’incrimine d’ailleurs davantage les très riches qui ne veulent pas partager.

Continuer la lecture