Les jouets en 1914

Logo 1914jouets

Jamais, avant cette guerre, les enfants n’avaient été autant pris « en otage » par les adultes pour être les vecteurs d’un patriotisme exacerbé.

En ce qui concerne ma famille plus que modeste, je crois que pour Noël, il n’y avait jamais de cadeau au pied d’un sapin plus qu’improbable.

Mon père, lui-même, né après la grande guerre, en 1923, n’en a jamais eu, si ce n’est je crois, une orange

qui était un fruit très exotique et pas à la portée de toutes les bourses !

Pour ma part, je suis contre tous les jouets de violence et de guerre et n’en ai jamais acheté ni à mes enfants, ni à mes petits-enfants.

Voici l’article que j’ai trouvé sur www.historial.org :

« La guerre de 1914 est vécue comme une défense de la civilisation, contre la barbarie, et pour préserver l’avenir des enfants placés au cœur du drame. Ainsi l’image culpabilisatrice de l’enfant, devenant vecteur de propagande à l’intérieur de sa famille, est constamment employée dans les affiches, celles de recrutement notamment. Mais l’enfant lui-même est embrigadé à la fois par l’école, les Églises, ses lectures et même ses jeux. L’enfant doit donc à son tour servir sa patrie, et on attend un comportement exemplaire de ce futur soldat et de cette future infirmière, puisque les rôles sociaux attribués aux filles et aux garçons sont nettement séparés.

A l’école la guerre sert de support pédagogique aux manuels de toutes les matières, sujet de réflexion et d’exercices dans lesquels sont exaltés le devoir patriotique, le sacrifice des soldats, et est exacerbé le ressentiment contre l’ennemi. Après 1916 une usure se produit et les apprentissages traditionnels retrouvent leurs droits dans l’enseignement. Les Églises quant à elles voient dans la guerre un moyen de fortifier la foi juvénile par une éducation morale reposant sur l’idée du sacrifice expiatoire et le développement des pratiques religieuses, à travers des mouvements de prière comme  » la croisade des enfants  » en France.

Les fabricants et commerçants exploitent eux aussi le thème de la guerre pour offrir aux enfants des loisirs militarisés : les lectures (livres et périodiques), les jouets font l’objet d’une production commerciale censée s’adapter aux attentes des enfants. Dès Noël 1914, les jouets guerriers représentent 50 % des nouveautés de l’année des grands magasins comme le Printemps ou les Magasins du Louvre. Armes factices, jeux d’adresse ou de stratégie entretiennent l’ardeur patriotique juvénile tout en réalisant des profits. En sont témoins le zeppelin miniature représentant la fierté technologique allemande, ainsi que cette affiche publicitaire du grand magasin la Samaritaine, où un enfant découvre les jouets guerriers à la mode en ce Noël 1917. Enfin ce jeu d’adresse britannique transpose le populaire football sur un terrain des plus sportifs, une tranchée, tout en caricaturant les chefs militaires allemands et turcs.

C’est la première fois que les enfants ont été autant impliqués à un conflit d’adultes. L’avenir de l’ensemble de l’humanité était remis en question par les belligérants, ce qui explique que même les plus jeunes y participaient. »

En ce gris samedi, si vous voulez lire un nouveau et joli conte écrit par ma belle-fille Elisabeth, allez voir

ICI

Vous ne le regretterez pas !

28 réflexions au sujet de « Les jouets en 1914 »

  1. merci pour ton article chère Clara, il nous rappelle cette période où le patriotisme exacerbé, atteignait même les enfants, le petit cadeau de fin d’année dans ma jeunesse, ressemblait beaucoup à celui de ton père,
    « une orange », et luxe suprême, emballée dans un papier de soie ! quelquefois, une « pipe en sucre rouge » ! mes parents qui n’avaient que moi, m’ont quand même offert un cheval en carton ! j’étais un enfant gâté, mais des jouets
    de guerre, jamais, pas plus pour mes enfants plus tard ! ou mes petits enfants … bon weekend chere Clara, bisous

  2. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…on préparait déjà les enfants à affronter un nouveau conflit…dès leur plus jeune âge, ils devenaient soldats dans l’âme…
    Pendant la 1ère guerre mondiale, l’enfant a aussi été instrumentalisé pour « servir » le patriotisme financier (sur les affiches), le travail, pour la propagande, etc etc…cette folie explique aussi (en partie) pourquoi en 1939 tant d’hommes se sont de nouveau portés volontaires pour partir défendre la nation. Quelle folie !
    Comment vas tu Clara ? Le rose revient au moral ? J’espère que oui…mais l’actualité et tout le reste ne met pas vraiment en condition pour avoir un bon moral..:-(
    Allez, je file sinon je vais te mettre l’humeur à zéro…à très bientôt Clara…et encore une fois, grâce à la communauté, j’ai appris plein de choses, j’ai découvert les cyclistes…j’ai lu pendant environ 4H tout ce que j’ai découvert alors que je n’en avais jamais entendu parler…Merci encore pour cette communauté.

  3. Bonjour Clara ,je viens de lire ton article avisé, certes trop de jouets de violence qui banalisent celle-ci.
    Peut-être un peu sévère les Noël d’autrefois, mais maintenant c’est l’excès. J’ai eu la chance pour mon premier Noël d’avoir sapin . Un foyer modeste que le mien cependant. Je n’oublierais jamais cela. Parfois une simple branche décorée, un seul marron glacé savouré lentement marquait cette fête.Et ma mère ,le soir très tard ,après sa journée de travail me fit la surprise d’avoir cousu une petite poupée de chiffon.
    Je te souhaite une bonne journée. Je ne suis venue sur toutes tes publications et je m’en excuse. Fatiguée, prise entre mes séances de kiné , je viens tout juste de publier une chronique sur un livre que j’ai particulièrement aimé. Cela m’a pris plus de temps que d’ordinaire.
    Mes amicales pensées.

  4. Magnifique ton article !

    Les jouets ont toujours été plus ou moins « ciblés » et les enfants de nos jours sont encore tant soit peu des otages (bien différemment, certes, que durant cette terrible période de guerre !).

    J’ai de plus en plus en horreur de ce « gavage commercial » que nos pays pratiquent !
    Noël est, avant tout, une fête où il est question d’amour fraternel et de simple partage à l’inverse de ce que nos pays creusent comme différences sociales avec leurs étalages de richesses et de cadeaux complètement indécents !

    L’un des plus « beaux » Noël que j’ai passé fut celui au Sénégal, où il n’y a pas un seul habitant qui reste seul dans les villages ……..Tout le monde est réuni et mange avec les mains dans le même plat !

    J’irai lire le conte de ta belle-fille (mais je vais finir mon tour des blogs avant, j’ai une fois encore tant de retard !!!), t’embrasse FORT : sabine.

  5. Bonjour CLARA
    c est un excellent article que tu nous retrace et vraiment en le lisant malgré tout quand je regarde les jouets de maintenant qui sont violents et les enfants adorent cela avec ces jeux ce n est rein ce que je viens de lire merci à toi de ces recherches et intéressant je te souhaite un excellent WE profite bien tout en prenant soins de toi bisous Danielle

  6. Dans tous les cas, les enfants sont façonnés par les croyances conscientes et inconscientes des parents et de la société ! (Et étant donné que nous sommes tous des anciens enfants, tu vois un peu jusqu’où cela peut remonter !!) 😕
    Les enfants sont de véritables pâte à modeler !!
    Pas étonnant qu’après la guerre, les traumatismes étant tellement aigus, ils aient été incités à être de vrais petits patriotes ! Et, comme tu l’expliques, tous les moyens sont bons pour ça ! Jouets inclus bien entendu !!
    C’est un article fort, qui fait réfléchir sur le sens des enseignements que l’on dispense à nos enfants, qui sont notre futur…
    Bises et bon week-end.
    Et merci pour le lien… 😉

  7. Bonjour Clara, je suis allée sur le blog d’Elisabeth
    elle a une jolie façon d’écrire, elle tient un peu de toi?!!
    j’ai laissé un petit mot, j’espére que ça enregistre, j’avais déjá lu son autre conte, elle fait de belles synthèses des animaux nos amis!
    bisous, bonne journée
    Angie

  8. Bonjour chère Clara et bon dimanche, si tu savais comme je regrette les Noëls de mon enfance avec le beau sapin illuminé les mandarines au pieds du sapin et tous les joujoux autour et, peu importe s’il y avait quelques jouets rappelant des armes de guerre surtout axées autour des cow-boys et des indien on s’amusaient bien avec mon frère enfermés dans notre tipi…! à bientôt chère Clara gros bisous

  9. Le patriotisme poussé à l’extrême ne fait que du prosélytisme …

    Depuis les grosses pluies ma connexion est des plus hachurées .. j’attends les techniciens pour Jeudi , entre temps je piétine…
    Bon et doux Dimanche CLARA
    Bisous
    timilo

  10. Excellent billet Clara, les enfants ui ont vraiment été des instruments de la propagande pendant ce conflit, en chanson aussi comme le montre mon billet que je vais bientôt estampiller au sigle de ta communauté . Je viens juste de regarder mes mails et j’ai découvert ton lien . Je ne suis pas arrivée directement à pouvoir mettre un article sur ta communauté mais en passant par la communauté des nuls j’ai vu ta communauté s’afficher et là je peux . Merci beaucoup .
    Bonne journée
    Bisous

  11. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…pour les cyclistes, oh oui, j’ai été surprise puis je me demandais comment ils pouvaient se défendre ou se faire tout petits lorsqu’ils attaquaient…il y a eu beaucoup beaucoup de morts mais aucune reconnaissance. Cette guerre était vraiment vraiment horrible…comme toutes les guerres me diras tu…oui c’est vrai, mais à travers la communauté, je découvre tant de choses, d’évènements que je ne connaissais pas, qu’en fait je suis en plein dedans, à découvrir les horreurs oubliées..
    A bientôt Clara, je file…en retard…et il fait froid…ah ce vent glacial !

  12. Bonjour ma douce Clara,
    Très beau billet, je suis comme toi, je n’ai jamais acheté de jouets violents à mon fils, ni de guerre ni de rien de méchant.
    J’ai été gâtée, chez nous, il y a la Saint Nicolas et la Noël !
    J’étais fille unique aussi, c’était toujours des poupées et des nounours !
    Des jeux de filles, jamais de la violence.
    On m’a élevé, « tout le monde est beau et gentil », ce n’est pas bien non plus, quelle déception une fois adulte !
    Bref, il faut éviter les jouets de guerre aux enfants, il y en a assez d’autres, instructifs. Pour ma part, il faudrait redonner le goût de lire aux enfants !
    Passe un beau dimanche, bisous doux.

  13. tres bel écrit Clara… tout ce que tu dis est juste …. mes parents avaient à cœur de ne pas saccager notre enfance, à ma sœur et à moi, donc nous avions des jouets faits maison, je suis née en 56 ct bien après donc.. maintenant on place trop les enfants sur un piédestal : je déteste l’enfant roi… celui qui plus grand sera mal élevé et n’aura plus de repères…
    nous avons, mon mari et moi, élevé notre fils normalement, ni trop ni trop peu et je ne voulais pas que les gds parents en fassent trop… je viens de chez ta fille elle écrit fort bien…. bonne journée Clara ici froid et mistral
    bises
    joelle

  14. Il faut souvent peu de choses pour rendre les enfants heureux, et même c’est paradoxal les soldats de la guerre, une bonne manière d’évacuer ses inquiétudes, sans doute, nous avons connu ces petits soldats de plomb, à présent c’est du plastique…
    Oui deux haïkus sur ma page Clara, on peu dire Haïga je crois quand c’est, écrit sur une image, mais peu importe les termes, au fond je peux dire Zoupaïkus de mon surnom Zoupie, c’est pareil pour moi !
    Je ne me désole jamais pour l’hiver, ou bien rarement, d’ailleurs c’est le 21 décembre, et puis je sais que le soleil n’est jamais loin, alors je prend le bon, je laisse le mauvais… Une philosophie qui aide à vivre, surtout que… la vie… c’est bien trop court pour se désoler !

  15. j’aime bien tes articles ils sont vrais et nous rappellent ce qu’on oublie bien trop souvent ..
    pour ton com’ sur mon dernier article , je bosse la semaine de Noel c’est un choix sans trop l’etre ça arrangeait tout le monde ..mais comme cette periode me fiche le bourdon c’est mieux ainsi ..
    bises et pensées

  16. Bonjour Clara,
    C’est vrai que les jouets, de nos jours, c’est vraiment trop… Moi, j’essaie de les faire revenir peu à peu aux vraies valeurs, mais le monde tourne si vite…
    Bon dimanche

  17. Le commerce, même destiné aux enfants s’inspire toujours de la société… les publications, les choix éditoriaux (qui se ressemblent bcp d’un éditeur à un autre), suivis par les auteurs dont les écrits suivent le mouvement, en témoignent encore. On commé…mort. Business. Business !
    Bonne semaine, Clara (loin des jouets rappelant la guerre)
    Erin

  18. C’est exact, tu décris bien l’ancien temps. Aujourd’hui il faut lutter pour refuser d’acheter un jeu de guerre car il y a aussi les jeux qui se jouent sur écran et où on tue également. Pas toujours évident de refuser sans se mettre la famille à dos. Je demande toujours une liste de plusieurs choses ce qui me permet de choisir. Bon lundi, bisous 😆

  19. bonjour Clara
    Merci beaucoup de nous avoir fait partager ce texte qui est très intéressant . Quelle guerre. On « bourrait le crâne » des enfants pour qu’ils soient prêts à partir à la guerre eux aussi, fassent tout pour aider la patrie à leur façon et pour qu’ils prêtent pas attention aux éventuelles plaintes des pères, ou ne voient pas leur éventuel décès en négatif .
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.