Les vendéens

cooltext1860147218

 

 

J’ai trouvé cet article sur ce site :  http://rosalielebel75.franceserv.com/ et j’ai fait la relation avec mon grand-père

qui fit donc la guerre pendant quatre  longues années et qui y laissa un frère et aussi sa santé physique (et un peu mentale, je pense).

Il était vendéen, de Sallertaine plus exactement, pas très loin de Challans.

Il n’était pas du tout royaliste, il était athée et communiste, et il a pourtant combattu également et  vaillamment pour sa patrie !

« Les soldats vendéens et bretons: Arrières petits fils des insurgés de 1793, catholiques et parfois royalistes, les soldats vendéens et bretons faisaient l’objet de craintes. Pourtant leur ardeur patriotique fut sans faille et ils se comportèrent vaillamment jusqu’à la fin de la guerre. Trés bonnes troupes, le haut commandement les envoya dans les plus mauvais coups de cette guerre qui n’en comportait pas de bons. Il est avéré que la Bretagne et la Vendée, et l’ouest en général, ont payé un plus lourd tribut que la moyenne nationale.

Ceci est à l’origine de la rumeur selon laquelle les autorités militaires auraient fait des vendéens et des bretons de la chair à canon privilégiée, notamment à cause de leurs sentiments royalistes. Même si ce n’est pas à exclure, il est plus vraisemblable que le haut commandement, reconnaissant leur valeur, s’en soit servi comme de régiments d’élite. 

On doit signaler ici un signe typiquement vendéen. De nombreux soldats de ce département arborent en effet un sacré coeur sur la poitrine, voire sur le képi à la place de l’écusson. Ci-dessous un sacré coeur issu de broderies mécaniques et diffusé à des milliers d’exemplaires: 

coeur vendéen

Georges Clémenceau, républicain vendéen, dira après la guerre dans sa retraite de Mouilleron-en-Pareds: « Les paysans de 93 ont pris les armes parce qu’ils ne voulaient pas être soldats! C’est à dire qu’il faut voir les gens comme ils sont et les replacer dans leur temps. Qu’est-ce que ça pouvait bien être le Rhin, pour un paysan de Mouchamps ou d’ailleurs, en 1793? Qu’est-ce que ça pouvait être même que la France? Qui leur avait parlé de ça? Ils avaient leur crucifix et leur chapelet qui répondait à tout. Un beau jour on vient leur dire: c’est pas tout ça, on va aller apprendre la liberté à nos fréres de Prusse et d’Italie. Merci bien, ont ils répondu, allez y vous mêmes, si cela vous fait plaisir. Quand ces gens là ont compris ce qu’était la patrie, on a vu ce qu’ils étaient capables de faire. Il n’y a pas eu de meilleurs soldats ». »

 

 

33 réflexions au sujet de « Les vendéens »

  1. Bonjour Clara,
    Le double cœur entrelacé est un symbole qui remonte à la nuit des temps. On en aurait retrouvé dans des sépultures gauloises et romaines. À l’origine, il n’est pas donc pas spécifiquement poitevin, toutefois, ce motif semble particulièrement prisé dans la région avant la révolution (nombreuses représentations sur meubles et bijoux). Ce double cœur peut être interprêté comme l’expression de la fidélité réciproque. Mais, surmonté de la croix et de la couronne, comment ne pas y voir une référence claire au soulèvement de 1793 et l’empreinte de Louis Marie Grignon de Montfort qui promut le culte du Sacré Cœur de Jésus dans un bas-Poitou alors fortement imprégnée par le calvinisme ? La devise « utrique fidelis » (fidèle à l’un et à l’autre) engendre diverses interprétations. Qui sont les objets de cette double fidélité ? Faut-il lire « fidèle à Dieu et au Roi » ou « fidèle tant aux vendéens bleus que blancs » ?
    Quel rapport avec les insurgés de1793 ? Le Sacré Cœur était l’emblème que les révoltés de 1793 arboraient à la boutonnière. La plupart des insurgés marchaient derrière les bannières de procession de leur paroisse, très peu eurent le loisir de broder des drapeaux spécifiques. Le symbole actuel de la Vendée n’a jamais figuré sur aucun étendard pendant la révolution.
    Bon week-end. Amitiés.

  2. Oh merci beaucoup. Vendéenne d’adoption depuis deux ans je m’intéresse à l’histoire de la Vendée. Je vais relayer ton article sur mon blog Vendée si tu n’y vois pas d’inconvénient. Merci encore. Bon samedi.

  3. Bel hommage à ces vendéens dont je suis voisine géographiquement et aussi de coeur !
    Bon week end, prolongé 😉
    Bisoux, Clara

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

  4. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…je crois que oui, que le commandement a pensé « ce sont peut-être des soucis en perspective. Puis ils ont l’air vaillant alors on va les envoyer en 1ère ligne. Ils sauront se battre et n’auront pas le temps de se mutiner » et je crois que ça s’est produit pour de nombreuses régions, comme pour ceux qui arrivaient des colonies et qui valaient moins que les bons français…cette guerre est monstrueuse et sous bien des côtés. Je crois que l’armée ne dira jamais tout. Je pense que certains documents resteront enterrés à jamais. Ils devraient trop s’excuser.
    Cette guerre n’avait aucune stratégie militaire, c’était sous bien des plans, du n’importe quoi. Lorsque je vois des documents, je me rends compte que parfois ils devaient se dire « bon, ça tuera 10 000 hommes, mais au moins on tiendra les positions. Allez, on y va ! » et hop, 10 000 hommes de sacrifiés. Puis les conditions dans lesquelles ils vivaient. Les traumatismes qu’on ramené les survivants.
    Plus je vais dans mes recherches, dans vos articles et plus je prends conscience de ce qu’a vraiment été 14-18.
    Ton grand-père écrivait chaque jour à ta grand-mère ? Pendant 4 ans ? Oh comme j’ai été désolée de voir que les cartes ont pour la plupart étaient dégradées…quel dommage ! Et ça devait être un vrai trésor d’émotions…
    A très bientôt Clara, je te souhaite une très très bonne journée..et contente que ça se passe bien pour tes parents 🙂

  5. Beaucoup d’hommes sont morts pendant cette guerre….
    Ma famille a été beaucoup touchée…
    Bon et doux weekend de Pentecôte
    Bisous
    timilo

  6. J’avais un chef vendéen au bureau
    Il l’aimait sa région comme chacun aime la sienne
    Et nous on aimait bien lorsqu’il nous rapportait la brioche vendéenne
    @ + bisous

  7. Bonjour ma douce Clara,
    Je suis émue en lisant cette page d’histoire.
    La Vendée est une très belle région, les gens sont courageux.
    Ces soldats ne demandaient rien que la tranquillité, même s’ils ne savaient pas trop quoi, ils se sont battus avec tout leur coeur.
    Chapeau à ces hommes, je ne pense pas que les hommes d’aujourd’hui soient aussi courageux !
    Quand on voit ce qui se passe, il y a de quoi baisser les bras.
    Je suis entièrement d’accord avec toi, s’il y avait un peu plus de bonne volonté, il n’y aurait pas la faim dans le monde.
    Il y a assez pour tous.
    Voilà, le partage on ne connaît plus, que la soif de l’argent.
    Bref, c’est un autre sujet.
    Passe un beau week-end, bisous.

  8. bonjour, c’étaient des soldats de valeur, il n’y a plus cette ardeur patriotique, il le faudrait bien, pourtant; une blogueuse me dit en commentaire que c’est méchant une girafe, franchement, aucun soigneur ne m’a dit ça !! la preuve, ils les approchent physiquement sans crainte ; ce sont les chouchoutes du parc zoologique, non sans raison; bon w end, à lundi ou mlardi, je ne sais pas si je fais un article lundi… bisous

  9. Bonjour
    La guerre est quelque chose d’horrible, je ne serais pas surpris si il avait perdu un peu l’esprit!
    Un très beau symbole le coeur
    Bisous

  10. Je suis très émue et vous remercie de nous remettre en mémoire ce que nos pères ont vécus. Pauvres hommes, pauvres vendéens aller si loin.. perdre leurs vies et pour qui pour quoi ? En regardant le résultat cent ans après, ont se rends compte qu’ils sont morts pour rien.. c’est tellement décevant. Lors des affrontements, mon père était là ..avec son régiment le 154°RI, près de la tranchée des baïonnettes.. Il a voulu, quelques années avant de mourir,y retourner, ensemble nous avons été en pèlerinage.
    Les jeunes.. nous mêmes.. moi (!) avons oubliés trop vite leurs sacrifices.. Que de déceptions ils auraient!
    Merci Florence! ..
    merci d’être passée chez moi… de ce gentil com de ce matin!

  11. bonjour chere Clara, je connais tres mal la Vendée, je veux bien croire, que c’étaient de vaillants soldats, qui ont payé un lourd tribu lors de cette affreuse guerre 14/18, mon père qui a participé à cette guerre, bien malgré lui comme les autres, m’a parlé souvent de la grande fraternité qui régnait entre les poilus de toute provenance, commandés par des « bouchers », ils n’avaient que ça pour tenir, et tout ça pourquoi ? j’avais une famille vendéenne comme voisins dans la region parisienne, eux fervents chretiens, et nous non !! nous étions trés amis… bravo pour les paroles de Clemenceau ! bon weekend et grosses bises

  12. Chère Clara,

    Émue par tes mots et le courage des Vendéens, cela m’a rappelé un livre dont j’ai lu récemment un résumé, j’ai donc recherché et voici ce résumé. Comme ton grand-père était de là-bas peut-être que tu serais intéressée par cet ouvrage:

    « À la veille de la Guerre de 14-18, les Vendéens sont volontiers décrits comme arriérés et asservis. Victimes sous la Révolution du massacre que l’on sait, et encore récemment persécutés sous la IIIe République, comment vont-ils répondre à l’appel de la patrie. Comme déjà en 1815 et en 1870, ils oublient les avanies subies pour faire front contre l’invasion. Bien davantage : les régiments vendéens, le 93e RI de La Roche-sur-Yon et le 137e de Fontenay-le-Comte, réputés pour leur ténacité, sont de tous les coups durs, au point d’entrer bientôt dans la légende, avec la fameuse Tranchée des baïonnettes. Quatre années durant, ils vont tenir malgré la boue et le froid, les offensives aussi meurtrières qu’inutiles, le déluge d’acier et les corps atrocement déchiquetés. Sans oublier, à l’arrière, la terrible angoisse des leurs. Avec, au bout du compte, un sacrifice très au-dessus de la moyenne nationale. Face à l’horreur et à l’absurde, où puisent-ils la force de ne succomber ni à l’ensauvagement ni au nihilisme qui, chez beaucoup, ruinent l’attachement à la patrie et à la démocratie ? À travers l’histoire de cette seconde Grande Guerre des Vendéens, c’est ce que Jean Rousseau nous fait découvrir. »

    Le titre est : 14/18 Les Poilus de Vendée, son auteur est Jean Rousseau
    Voici le lien : http://librairie.memorialdeverdun.fr/14-18-les-poilus-de-vendee,fr,4,0134.cfm

    Belle fin de journée et gros bisous

    EvaJoe

    PS: Je devais mettre la suite mais je suis obligé de rejoindre mon fils qui est en panne d’essence. Ce soit peut-être.

  13. Un *peuple* courageux que ces Vendéens, c’est un bel hommage que tu rends. Mais, si au moins les peuples apprenaient a vivre sans guerre……rêve doux rêve

    Bisoussss

  14. Très bel article et commentaires très intéressants de tes nombreux lecteurs et lectrices, vraiment !!
    Bravo Clara d’avoir fait le zoom sur la Vendée.
    Bisous et bon week-end.

  15. Bonsoir Clara, je dois avouer que je ne connais pas ces épisodes particuliers mais c’est encore la preuve qu’il y a des tas de faits, d’événements, à découvrir et aussi à faire connaître par le biais de ta communauté. Je suis allée voir le lien que tu cites et j’ai été assez étonnée par ce qu’il y est écrit concernant de Gaulle en 1914. J’habite tout près de Dinant qui a subi de terribles combats en mai 1914. Le lieutenant de Gaulle participa effectivement aux combats contre l’armée allemande (j’ai lu des récits d’époque) , notamment pour le pont sur la Meuse (voie stratégique de première importance) et il y fut blessé.
    Merci pour ton article et tes relais !
    Bises amicales et bon weekend.
    Francine Clio

  16. Je viens de me relire.. et t’offre toutes mes excuses chère Clara..
    Je venais de lire un article signé Florence et sans bien réfléchir..
    ma plume a continué !!
    Je te souhaite une belle fête de Pentecôte et t’envoie un doux bizoux

  17. Nous avons visité la Vendée il y a 4 ou 5 ans, et nous avons particulièrement été émus par, d’une part la beauté des paysages, et par l’histoire de ce petit bout de pays qui a dû combattre pour garder son identité ! Tu dois penser à ton grand-mère … Bisous ma belle !

  18. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Clara…oui la peur que j’ai eue pourrait être « réflexe » mais je ne sais même pas s’il y avait de quoi avoir peur…en fait, c’est idiot mais j’entends un bruit puis je me fais paniquer toute seule…un autre jour, je n’aurais pas fait attention au bruit ou j’aurais essayé de savoir d’où il venait..là, rien, plus de pensée logique, juste l’envie de me mettre à l’abri..la panique toute brute..mais c’est vite passé et une fois que je me suis raisonnée, je suis redevenue « normale »…remarque, c’est pareil, ça faisait environ 1 semaine que je ne dormais pas plus de 3H par nuit…le ceci explique peut-être le cela non ?
    Et cette nuit, j’ai dormi 7H…yes, 7H….ça c’est le top !
    J’ai pris le lien du blog de ta belle-fille et je suis allée y faire un tour..Mais y faire un tour ne suffit pas pour vraiment le découvrir. Alors j’ai noté le lien et j’y retournerai plus longuement dès que possible…en tous les cas, c’est noté.
    Bonne journée Clara et passe plein plein de très bons moments

  19. bonjour ma chère Clara!
    je passe en allant à la champagne aujourd’hui pour repas avec la famille
    il fait très beau mais c’est un avant des grosses chaleurs 🙂
    bisous,
    bon dimanche pour toi
    Angie

  20. bonjour Clara
    J’aime bien la citation de Clémenceau « …Qu’est- ce que ça pouvait bien être le Rhin, pour un paysan de Mouchamps ou d’ailleurs, en 1793? Qu’est- ce que ça pouvait être même que la France?… » A l’époque , ces gens ont effectivement du aller se battre sans rien y comprendre.
    J’habite sur la limite Est de la France et même aujourd’hui , pour moi , la Vendée est bien loin…même si je l’ai déjà visitée avec plaisir et y ai passé d’agréables vacances .
    bisous

  21. Bonsoir Clara,
    Quelle émotion pour toi. Les guerres ont tué beaucoup de soldats qui n’avaient qu’une seule envie, celle de protéger leur patrie et leurs familles. Que c’est triste toutes ces pertes humaines ! Je suis passée à Challans il y a quelques années et j’ai beaucoup aimé cette petite ville. Bonne soirée à toi. Bises 🙂

  22. Un bel hommage que tu rends à la Vendée et à ses habitants . Je ne connaissais pas cette rumeur .
    Bonne journée
    Bises

  23. Salut
    c’est un bel hommage aux vendéens qui sont plus français que certains.
    Mon grand père aussi a fait la grande guerre mais il en ai revenu . Jamais il n’en parlait et il m’a donné une chevalière qu’il a fait dans une balle.
    Bon week-end

  24. bonjour !
    je viens de chez Martine 85 découvrir ton article-
    on a juste apprit à l’école mais sans ces détails-
    un bel article qui remet les idées en place-
    amitiés-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *