Archives de tags | dirigeants

Toute honte bue…

honte

TOUTE HONTE BUE

Définition :

Sans avoir honte d’une action déshonorante.

Je parle là de nos dirigeants politiques pour qui on peut employer cette expression, à l’occasion de divers actes ou situations qui n’en finissent plus  :

– par exemple, mes parents âgés de 92 et bientôt 89 ans, ont reçu une taxe d’habitation de 324 € à payer, cette année, alors qu’ils ne la payaient pas depuis au moins vingt ans ! Avec une retraite à eux deux, de 1800 € par mois, un loyer de 1095 € dans la résidence séniors où ils se trouvent (ce qui est quand même moins onéreux qu’une maison de retraite où il leur faudrait au minimum 4 à 5000 € par mois),  que leur reste-t-il chaque mois pour vivre et se soigner ? Eh bien, faisons payer les vieilles personnes, tout ira mieux dans le pays, c’est sans doute ce que pensent ces ignobles personnages, tout en affirmant que les impôts baissent dans notre pays ?

– s’en prendre à des syndicalistes désespérés pour deux chemises déchirées, les arrêter chez eux à six heures du matin, devant leurs enfants, les traiter pire que des voyous, alors que rien n’a été fait par exemple, contre les gitans qui ont dernièrement  bloqué l’autoroute et fait 500000 euros de dégâts et devant lesquels on a cédé ! Cahuzac et d’autres voleurs notoires dont de grands patrons ont également été mieux traités par la justice ! Je ne dis pas que je suis pour la violence, mais je peux la comprendre quand parfois, on est à bout, et qu’un pont d’or est fait au Qatar dans le cadre de la libre concurrence.

– oser parler de dialogue social et dire qu’il est nécessaire,  dans ces conditions, oui, il ose, notre Président !

– faire des ronds de jambes en Arabie Saoudite pour le fric, avec toutes les ignominies qui se passent dans ce pays ! et leur vendre des armes qu’on retrouve, par exemple, au Yemen pour tuer des civils !

Je pourrais en citer une longue liste de ces actes odieux.  En tout cas, il ne faut plus me parler de politique et dorénavant j’irai voter pour conserver ce droit, mais je voterai blanc et tant pis pour les conséquences !

Indignez-vous, recommandait Stéphane Hessel, eh bien, je m’indigne, chaque jour quasiment, et de toutes mes forces !