Un enfant à soi

Il s’agit d’une femme en mal d’enfant qui en enlève un, sous prétexte qu’il semble maltraité.

Elle lui donnera tout l’amour dont elle est capable, les quelques mois qu’elle le gardera.

Et le passage ci-dessous, m’a interpelée. On dit toujours qu’une fille est plus proche

de ses parents et notamment de sa mère.

 Qu’en pensez-vous ?

« Celles qui n’avaient pas de fils paraissaient contentes de leur sort, en revanche celles qui n’avaient pas de filles parlaient d’un manque. A en croire Kathy, c’était surtout lié au fait qu’elles n’avaient pas de complices à la maison ni de raison d’acheter de jolis vêtements roses ou des poupées. Une autre fois cependant, elle avait avoué à Jennifer que c’était la peur qui était liée à son regret. Tu connais l’adage : – un fis est un fils jusqu’à son mariage, une fille est une fille toute sa vie – ?  Eh bien, il est juste. Et ça a de multiples répercussions sur les mères.  Je dois accepter dés maintenant que je ne serai jamais aussi proche de mes petits-enfants que leur grand-mère maternelle ; le temps, l’intérêt et la loyauté de mes fils se porteront sur une autre femme. Pense au nombre de garçons qui n’ont presque plus de relations avec leurs mères et au peu de filles à qui cela arrive. Dans une famille, il y en a toujours une qui restera proche de sa mère, qui l’associera à sa vie une fois qu’elle aura quitté le foyer. Mais dés que mes fils seront mariés, leurs maisons seront plus souvent ouvertes à leurs belles-mères qu’à moi. C’est la réalité, on n’y peut rien.

Jennifer fut saisie d’effroi. Les yeux embués, Kathy poursuivit :

– C’est parce que le temps leur est compté que les mères sont indulgentes avec leurs fils. Du coup, les mères des filles trouvent que ceux-ci sont dorlotés, gâtés-pourris, et que leurs chéries en subiront les conséquences. C’est vrai que, lorsque je vois mon Patrick pleurer toutes les larmes de son corps, assis sur une marche dans son petit pyjama rayé, il me bouleverse plus, il me brise plus le cœur que si c’était une petite fille. Car elle aura toujours le droit de pleurer. Car sa mère pourra toujours la prendre dans ses bras et la consoler. Car elle aura toujours la possibilité d’être fragile et de le montrer. Mon Patrick, non. Il s’endurcira, il ne me permettra pas d’entrer dans la salle de bains, il cessera de m’embrasser pour me dire bonjour et au revoir. Il me sera interdit de toucher son corps d’homme, je ne le verrai pas comme une femme voit sa fille s’habiller pour sortir, essayer un soutien-gorge ou se changer pour aller à la piscine. Il restera mon petit garçon et sera l’homme d’une autre. Et je vais devoir supporter ça à quatre reprises.

–          L’un deux sera peut-être home, suggéra Jennifer, dans l’espoir d’arracher un sourire à son amie.

–          Il ne sera pas à moi pour autant. Il n’appartiendra peut-être pas à une autre femme, mais il ne sera pas à moi pour toujours comme le serait une fille…. »

Une réflexion au sujet de « Un enfant à soi »

  1. Ce livre doit être très intéressant, Chère Clara. Ce manque d’enfant est généralement très mal vécu et pousse certaines femmes à ce que tu évoques ici.

    S’agissant de ta question, tu me connais suffisamment bien pour comprendre pourquoi je suis bien en peine d’y répondre…
    Autour de moi, je vois des filles proches de leur mère, mais d’autres très proches de leur père… Je ne crois pas qu’il y ait de « certitude » en ce domaine.

    Douce semaine et bisous amicaux.
    Cathy.

  2. merci de nous faire connaitre ce livre, certainement tres interessant, mais comment peut on aller à voler un enfant ? il faut être vraiment déboussolée !
    nous pencherions plutot, pour les garçons plus proches de leur mère, et les filles de leur père, mais peut on généraliser? bonne journee chere Clara, bisous affectueux

  3. Bonjour ma douce Clara, merci de nous indiquer ce beau livre, je vais regarder ça ce week end à la Fnac.

    Un deuxième jour de la semaine pour te dire que j’aime
    ta compagnie au petit matin.
    C’est bien agréable aussi de passer te voir en fin de journée
    évidemment, mais le matin ça met de bonne humeur de bavarder avec
    les amis et de boire un bon café.

    Je suis contente car même s’il fait très frais le matin, les journées
    restent agréables et même chaudes.
    C’est très encourageant tu ne trouves pas ?

    Je suis heureuse de constater que beaucoup d’entre vous sont
    satisfaits de mon initiative de faire découvrir de nouveaux
    univers.

    En voici deux nouveaux pour le plaisir :

    Sa plume est un poème à elle seule…
    http://cynderella.eklablog.com/

    On aime ou on aime pas, mais elle prie pour vous avec ferveur…
    http://rosia.eklablog.com/

    J’espère que tu vas bien ou mieux.
    Pensons à ceux qui sont souffrants ou hospitalisés, et dis-toi que tu as
    bien de la chance d’être en bonne santé, si c’est le cas.

    Prends soin de toi.

    Lolli

  4. Bonjour Clara et merci pour ton choix de lecture et de nous en faire part – mes blogs remplacent la grande place que tenait la lecture … 3 à 4 livres par mois … je n’ai plus la patience de rester sur un livre je m’endors à la 4e page … pour ma part j’ai une fille et ce n’est pas toujours facile avec elle mais je me suis « adaptée » … elle habite à 4km mais n’a pas le temps pour passer me voir … d’ou mes coups de blues le WE il ne faut surtout pas déranger … bref mes enfants vont bien que demander de plus ? bisous chère Clara avec ce temps merveilleux !

  5. bonjour Clara
    merci de ce renseignement et c est super bien j espère que tu as bien commencer ta Rentrée et que tu va bien autour de toi Amitiés à ta famille bisous et excellente journée Danielle

  6. Bonjour ma douce Clara,
    Mon Dieu, j’aimerais lire ce livre, j’en prends note.
    J’en ai les larmes aux yeux, c’est vrai qu’un fils dès qu’il a une compagne, ce n’est plus la même chose, je le vis, il s’est éloigné de moi, il est plus souvent chez les parents de sa compagne que chez moi, il n’est jamais là à Noël, je ne dis rien, je le vois très souvent quand même, je n’ai eu qu’un garçon, j’étais fille unique aussi, j’étais très proche de mes parents, mais j’ai toujours fait le partage équitable, une fois chez mes parents pour Noël, l’année suivante chez mes beaux-parents, bref, un garçon n’est pas aussi proche de sa mère.
    On souffre de ne pas avoir d’enfant, certaines, pas toutes !
    De voler un gosse, je ne suis pas d’accord, alors ça relève de la psychiatrie ! Elle a un problème et un grave !
    C’est un livre que je lirai. En ce moment je lis, « le testament d’Ariane » de Françoise Bourdin, pas mal.
    J’aime lire, je ne lis qu’un peu le soir. Pendant les congés j’ai lu cinq livres, maintenant, je vais manquer de temps.
    Passe une belle fin de journée, bisous doux.

  7. Bonjour Clara,
    merci de m’avoir présenté ce livre. Je trouve la page intéressante et je vais te dire ce que j’en pense.
    Les mamans de fils n’ont pas toujours la vie facile.. La belle-fille ayant tendance à aller plus souvent vers ses parents, vers sa mère… C’est vrai…Cependant, j’ai la chance d’avoir deux petits-fils et qui ont autant d’affection pour moi que pour leur mamie maternelle…ma belle-fille et mon fils y tiennent et font tout pour qu’il en soit ainsi !!!
    Néanmoins, dans les couples actuels, à en juger par mon expérience, la femme s’occupe de sa famille, le mari s’occupe de sa famille.. Chacun sa famille en quelque sorte… même si les rapports sont bons entre les deux familles… C’est ainsi.
    Je regrette moi aussi de ne pas avoir eu de fille… Ma maman qui a eu 5 filles , regrettait de ne pas avoir eu un garçon aussi…
    Moi je regrette de ne pas avoir eu de fille… Mais je suis contente de mes deux fils ..
    J’emprunterai ce livre à la bibliothèque dès que possible.
    Je vais m’absenter une quinzaine de jours pour partir à la mer (La Baule, tu connais , hein ?) le temps d’attendre le résultat des biopsies.
    Je t’embrasse.
    justine

  8. Je suis entièrement d’accord avec le com de Josiane , je le vis mais je n’en dirai pas plus et encore moins sur mon blog .
    Je regrette cependant de ne pas avoir eu de fille (je n(ai pas toujours pensé cela) mais en vieillissant c’est autre chose .
    Amitié

  9. J’ai trois fils donc je ne pourrais pas répondre à ta question!!! Mais je peux te dire que j’ai une chance inouie car ils sont tous les trois très proche de moi, même que parfois ils m’envahissent un peu 😉
    Je profite comme ça de t’annoncer que l’année 2014 va m’apporter beaucoup de bonheur, une naissance chez mon plus jeune fils et un mariage pour le second 😉 Me voici une grand-mère, une maman et une belle-mère comblée 😉
    Bisous Clara et merci de nous avoir conseiller ce livre qui me parait très bien!!!
    Domi.

  10. « Nos enfants ne sont pas nos enfants, ce sont des êtres de l’univers lui-même. Ils passent par nous mais ne sont pas à nous »
    J’ai cherché, mais je n’ai pas retrouvé la source de ces phrases, malheureusement. 🙁
    Cependant, je les trouvent très sages et j’y crois profondément.
    Se rajoute à cela, l’effet miroir :
    Si je pense qu’ils ne me donnent pas l’amour ou la reconnaissance que je mérite, alors c’est à moi de me donner l’amour et la reconnaissance que j’attend et que je mérite.
    Si je pense qu’ils ne me respectent pas, alors c’est que je ne me respecte pas. Et je peux changer cela en me respectant.
    Si je pense préférer les filles, c’est que je dois prendre soin de ma partie « fille » qui est en moi, l’aimer, la chérir et la faire grandir. Idem pour les garçons bien-sûr !
    Si je pense que je ne suis pas une mère complète parce que je n’ai pas eu des enfants des deux sexes, c’est que je ne me considère pas comme complète. Je tente de combler un manque à travers les enfants que je peux avoir et c’est assez malsain au bout du compte.
    Entre parents et enfants, lorsque les relations harmonieuses ne sont pas au rendez-vous, c’est qu’il y a trop d’attentes de chaque côtés, des attentes tellement importantes que personne n’est en mesure de les donner à l’autre. C’est voué à l’échec !
    C’est de l’amour qui circule mal, qui se dit mal, qui se vit mal et qui fait mal !
    Combien de souffrances pourraient être évitées si nous savions nous donner nous-même ce qui nous manque !
    Autres choses sur les enfants : ils sont nos plus grands professeurs, si nous en avons, c’est que nous devons apprendre des choses d’eux en particulier. Soyons donc attentif à leur enseignement.
    De plus, ils représentent symboliquement notre créativité ! Que faisons-nous donc avec notre créativité ? Comment la traitons-nous ? Intéressant, non ?
    Pour finir, je suis la maman de trois garçons, et je serais comblée le jour où ils partiront loin de moi, heureux de vivre leur vie, avec la femme ou l’homme qu’ils aiment. Cela voudra dire que j’ai fait mon travail de passeur d’âmes à peu près correctement, ce que j’espère sincèrement.
    Voilà Clara ce que je pense et ce que m’inspire cet extrait de livre que je ne lirai sans doute pas, malgré tout le respect que j’éprouve pour tous ceux qui écrivent ce qu’ils ont au fond d’eux.
    PS : Désolée, j’ai été, comme d’habitude, un peu longue !
    Mais, ce soir, tu m’as confié une mission ! 😉
    Bises et à bientôt
    Elisabeth

  11. Bonjour ma douce Clara,
    Il va faire superbe, une belle journée d’été !
    Si tu peux, tu en profites.
    Je t’envoie une pluie de bonnes ondes de bisous et te souhaite une bonne journée.

  12. coucou
    je profite d’une connexion possible pour te faire un petit coucou
    depuis la Normandie ou je suis en vacances .
    oui pas de soucis pour aller te balader par le Tourmalet . bisous

  13. Ce que tu nous présentes me fait mal au coeur… Ces propos ne sont pas faux mais j’ai de la peine pour la femme qui les prononce et les pense car je crois qu’il est normal d’être fusionnel(le) avec son enfant lorsqu’il est petit mais il faut apprendre à voir dans nos grands enfants des êtres à part entière, des individualités qui se sont construite grâce aux bases que nous parents leur avons données mais qu’ils ont transformées à leur rythme et à leur manière, et il me semble injuste de vouloir plus qu’ils ne peuvent donner et il ne sert à rien de se désoler. C’est pourquoi ces propos m’attristent un peu pour celle qui les a écrits. Mais merci Clara pour ce partage. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.